Publicité

2 mai 2022 - 04:00

Un piano public en plein air au centre-ville de Richmond

Par Ghislain Allard, Journaliste

Richmond – Dans le but de créer de l’animation, la Ville de Richmond installera, dès le début juin, un piano public en plein air sur la Place René-Thibault au centre-ville.

S’inscrivant dans un mouvement artistique qui se manifeste partout dans le monde, ce piano public pourra divertir les pianistes et les citoyens autour d’une rencontre musicale sur fond de touches noires et blanches.

Les instigateurs du projet souhaitaient une activité qui puisse s’animer par elle-même. « Ce n’est pas nécessairement telle journée, telle heure. Les gens y vont quand ils le souhaitent », souligne François Séguin, directeur des loisirs à la Ville de Richmond.

Déjà à cet endroit, il existe les Vendredis en folie où des chansonniers animent les lieux depuis déjà plusieurs étés. « Le piano public en plein air s’inscrit dans cette volonté d’animer le centre-ville. L’été dernier, nous avons aménagé un placotoire sur la petite terrasse dans le coin du parc », raconte le directeur des loisirs à la Ville de Richmond.

En échange, les autorités municipales demandent aux pianistes de remettre la bâche de protection après l’utilisation. « Le piano sera sans doute installé dans le pavillon du parc. Il sera donc doublement protégé contre les intempéries et contre les caprices de Dame nature », ajoute M. Séguin. 

« Nous voulons vraiment redynamiser le centre-ville. Ce genre de projet nous aide à atteindre notre objectif. Nous ne sommes pas propriétaires de tout le centre-ville, mais, lorsque c’est possible, nous ajoutons des éléments pouvant stimuler l’animation des lieux. Nous voulons que les gens s’en servent. Le piano interviendra dans le quotidien des gens qui, par exemple, promènent leur chien dans le parc. », de dire le directeur des loisirs

Et M. Séguin ira pianoter cet été sur la Place René-Thibault. « Je ne suis surtout pas un pianiste professionnel, mais c’est certain que je vais m’y présenter au moins une fois. »

De plus, le piano en bois d’acajou a été acheté à Richmond, chez Daniel Custeau, antiquaire. La bâche a été confectionnée sur mesure par le cordonnier de la place. 

Au total, le projet a coûté 1000 $. « Ce ne sont pas des projets d’un million de dollars, mais ça met de la vie dans la communauté », mentionne M. Séguin.

« Dans le contexte actuel, nous voulons encourager encore plus l’achat local. C’est une priorité pour nous », termine M. Séguin.

L’idée provient du directeur général adjoint à la Ville de Richmond, Louis-Philippe Caron.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.