Publicité

9 octobre 2020 - 04:00

La passion d’une vie

Par Mireille Frégeau, Initiative de journalisme local

Asbestos - Jacques Richer, 64 ans, artiste peintre, expose jusqu’au 14 octobre à l’hôpital d’Asbestos. Originaire de cette ville, il a beaucoup roulé sa bosse ! Sa formation en biologie et sa passion pour la nature l’ont notamment mené à vivre six ans dans le paradis naturel de la faune sauvage africaine. Et sa passion se lit aisément sur ses toiles.

« À l’âge de 25 ans, je sortais de l’université et mon enthousiasme pour les animaux m’a conduit d’abord au Cameroun puis au Gabon. J’y enseignais les sciences naturelles dans un collège privé tenu par des religieux, se souvient-il. Forcément, durant les congés scolaires, je parcourais les parcs. J’observais la faune, les villages, les installations, les structures sociales… J’en garde des souvenirs impérissables. C’est encore palpable ! De nos jours malheureusement, aller dans ces régions est une tout autre histoire. Contrairement à l’époque où c’était infiniment sécuritaire. »

Rencontre avec les mastodontes

« L’un de mes souvenirs les plus marquants s’est passé avec des éléphants. On était sur le bord d’un étang et derrière, il y avait une forêt. On a entendu du bruit et une soixantaine d’éléphants se sont approchés pour venir s’abreuver. Le guide nous a demandé de reculer un peu ! C’était fabuleux ! » On imagine sans peine que de rencontrer et voir évoluer ces magnifiques pachydermes dans leur habitat doit être un pur ravissement.

C’est au moment où la retraite s’est pointée qu’il a entamé sa vie de peintre. D’abord avec la peinture à l’huile, puis à l’acrylique. « J’utilise certaines couleurs qui ne sont pas disponibles à l’huile. Comme des teintes fluorescentes, précise-t-il. Pendant un bon moment, j’ai été principalement peintre animalier. Dorénavant, je me tourne aussi vers les sportifs et les musiciens. Ces derniers évoluent dans des salles peu éclairées, des milieux sombres. Ça crée des atmosphères particulières. Aussi, au lieu d’utiliser une toile standard, j’emploie un denim, un tissu jeans ! » 

Deux expos

C’est sous la bannière Ravir (un regroupement d’artistes vivant en ruralité) que vous pouvez admirer ses toiles. Une section a pour titre La vie en rose et l’autre s’intitule Vive la différence. Un thème qui lui est cher : « À l’époque, en Afrique, j’ai épousé une femme noire et mes enfants sont métis. Vous comprendrez que le racisme et moi, ça ne colle pas ! Cette collection se veut un appel à la tolérance et à l’acceptation des différences, quelles qu’elles soient. »

Pour en savoir plus :

jacquesricherarts.com

facebook.com/JacquesRicherarts

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.