X
Rechercher
Publicité

Une relève bien entamée et assurée dans le domaine laitier

durée 1 janvier 2023 | 04h00

Le transfert de ferme au Québec est un enjeu de plus en plus important. Plusieurs agriculteurs et agricultrices prendront leur retraite dans les prochaines années. Selon Statistique Canada, en 2016, 54,5 % des exploitants étaient âgés de 55 ans et plus ; en 2021, cette proportion a augmenté pour atteindre 60,5 %. La reprise d’une ferme familiale n’est pas toujours simple pour la relève, notamment avec la hausse du coût des terres agricoles. Des solutions innovantes doivent être identifiées. 

À Val-Joli, Félix Normandin, 28 ans, n’a pas hésité à s’investir dans l’entreprise familiale. Après 3 ans de formation à Saint-Hyacinthe en Gestion des technologies d’entreprises agricoles, il commence à travailler à la ferme comme employé et devient rapidement actionnaire.

La ferme Normandin Gyvie inc., en activité depuis quatre (4) générations, appartient au père et à l’oncle de Félix. Elle compte 105 vaches laitières en stabulation libre, 154 kg de quota, environ 200 têtes, de même que 245 hectares en culture. Son père et son oncle étant encore assez jeunes, la cogestion sera partie intégrante de leurs pratiques pour les prochaines années, permettant ainsi à la relève de reprendre graduellement l’entreprise. Pour s’assurer de laisser aux doyens de la ferme la place qui leur est due, Félix a identifié des tâches qui lui conviennent très bien et n’entrent pas en conflit avec celles déjà attribuées : il s’occupe davantage de la régie du troupeau et de la gestion de la nouvelle étable avec les robots. 

« Apprendre à gérer la communication, ce n’est pas toujours facile », affirme Félix, « il faut apprendre à accepter les points de vue divergents qui sont parfois reliés aux différentes générations », ajoute-t-il. Selon lui, les défis d’aujourd’hui ne sont plus les mêmes que ceux de ses parents. 

Au niveau du transfert, l’aide d’un comptable a été nécessaire pour rédiger des ententes, étape essentielle afin d’éviter de potentiels conflits. Elles servent à maintenir une bonne continuité des activités. 

Au cours des prochaines années, la ferme laitière vise à bonifier son efficacité à tous les niveaux, notamment en devenant plus rentable avec moins de main-d’œuvre et en améliorant les chiffres au niveau de la production et de la longévité des animaux.

Quelques statistiques:

· Qui est la relève agricole ? Des entrepreneurs de moins de 40 ans qui possèdent au moins 1 % des parts d’une entreprise agricole. 

· 54 % des 7 280 jeunes de la relève se sont établis grâce à un transfert familial.

· 1/3 : La production laitière est l’activité principale la plus populaire chez les jeunes entrepreneurs agricoles. 

· 86 % des jeunes de la relève possèdent un diplôme d’études postsecondaires.

· L’âge moyen de la relève agricole est passé de 34,2 à 33,2 ans.

 

 

Texte par Véronique Gagnon, agente de développement agroalimentaire.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


4 mai 2024 | 4h00

Les agriculteurs de la région se joignent à la manifestation

Actualités — L’Étincelle — Plus de 400 personnes ainsi qu’une centaine de tracteurs et autres véhicules de ferme ont déambulé le lundi 22 avril sur le boulevard Bourque à Sherbrooke. Plusieurs agriculteurs de la région étaient d’ailleurs présents.  « L’inflation, les taux d’intérêt et la valeur des terres agricoles tuent des fermes. Les aléas ...

8 avril 2024 | 4h00

Financer les collectivités par les redevances acéricoles

Actualités-L’Étincelle — Les producteurs et productrices acéricoles de l’Estrie demandent au ministère des Ressources naturelles et des Forêts (MRNF) et au ministère des Finances de retourner les redevances payées par les producteurs et les productrices acéricoles qui exploitent des érablières en terres publiques aux organismes qui gèrent les ...

1 avril 2024 | 4h00

L’UPA de l’Estrie déçue par le budget provincial

Val-Saint-François — Le président de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de l’Estrie, Michel Brien, a qualifié de « décevant » le dernier budget provincial. « Oui, il y a un 50 M$ sur cinq ans pour la relève agricole, soit 10 M$ par année. Ce n’est pas beaucoup lorsqu’on considère la valeur des terres agricoles. Il y a aussi 50 M$ sur cinq ...