Publicité

12 novembre 2021 - 04:00

Les gens de Windsor renouent avec la Poudrière

Par Ghislain Allard, Journaliste

Windsor (GA) — Même si elle a eu un impact financier négatif sur l’organisme, la pandémie aura permis aux gens de Windsor de redécouvrir le parc historique de la Poudrière.

La Poudrière a dû être fermée un certain temps à cause de la COVID-19. Elle a rouvert ses portes au mois de juin, mais avec certaines restrictions imposées par la santé publique.

« Comme plusieurs organismes du genre, notre financement a été affecté par la pandémie. Financièrement, ç’a été très difficile », avoue Daniel Pelletier, président du conseil d’administration du parc historique de la Poudrière.

Par exemple, les locations de salle ont été plus laborieuses en raison du nombre limite de personnes admises. « C’est 25 personnes maximum. Le contexte était plus difficile. Dans nos 5 à 7 musicaux à l’extérieur, c’était la même chose. Il y avait un nombre limité de personnes. C’était 50. Normalement, nous pouvons accueillir sans problème une centaine de personnes », précise M. Pelletier.

En fait, au cours des derniers mois, la direction de la Poudrière a réussi à couvrir les frais d’exploitation, sans plus. 

« Nous sommes toujours en vie, mais ça s’arrête là. Nous ne faisons pas d’argent, mais nous réussissons à nous garder à flot » soutient le président du conseil d’administration, en ajoutant que la contribution de la Ville de Windsor a permis d’éviter le pire.

Redécouvrir

De juin à septembre, le parc historique de la Poudrière a tout de même accueilli près de 4000 visiteurs. « C’est même plus que satisfaisant. Dans le contexte actuel, plusieurs personnes de la région de Windsor ont profité de la pandémie pour redécouvrir la valeur de nos installations et de nos sentiers », souligne M. Pelletier.

« Selon une entente intermunicipale, c’est gratuit pour les gens de Windsor, de Saint-Claude, de Val-Joli et de Saint-François-Xavier-de-Brompton. Ils doivent toutefois avoir un laissez-passer individuel gratuit en leur possession. Pour les autres, des frais minimes (6 $) sont exigés sur une base quotidienne », explique Anne-Marie Cloutier, responsable de l’accueil au parc historique de la Poudrière.

« La pandémie a été très difficile financièrement, mais à long terme, elle va nous rapporter parce que nous nous sommes fait connaître. Les gens de la région ont redécouvert la beauté de nos sentiers », prétend le président du conseil d’administration.

Le parc historique de la Poudrière est ouvert sept jours sur sept, douze mois par année. L’hiver, des sentiers de raquette et de ski de randonnée y sont aménagés.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.