Publicité

17 mai 2022 - 04:00

La communauté et le vivre-ensemble mis à l'honneur au Centre d'exposition Yvonne L. Bombardier

Valcourt – Découvrez l'exposition Ensemble au Centre d'exposition Yvonne L. Bombardier. Mettant en vedette le travail des artistes Jennifer Alleyn, Violette Dionne, Andrée Marcoux et Josianne Bolduc, elles seront présentées jusqu'au 21 août.

L’exposition Ensemble réunit le travail de 4 artistes autour des notions de communauté et de vivre-ensemble. Par des pratiques et des démarches différentes, les artistes regroupées dans cette exposition explorent les liens entre les êtres; leurs actions, leur mémoire, leurs créations ou leur corps sont autant d’aspects individuels et singuliers qui, pourtant, interpellent l’autre dans sa ressemblance.

Le catalogue des traces, œuvre de Jennifer Alleyn, aborde l’intégration des nouveaux arrivants au Québec, faite de deuils et d’obstacles à surmonter. À partir de plusieurs entretiens réalisés auprès d’immigrants, l’artiste a construit une liste des « objets laissés derrière ». Elle invite ensuite la population locale à participer à l’œuvre en leur demandant d’identifier un objet de la liste qu’ils possèdent afin de l’exposer. Les objets communs récoltés soulignent moins les différences que les ressemblances entre les êtres, faisant naître ainsi la possibilité d’un dialogue. Ce projet d’exposition est réalisé en collaboration avec Valcourt 2030 appuyé par le Gouvernement du Québec.

Le projet Caméo de l'artiste sherbrookoise Josianne Bolduc présente, sur un écran, des milliers de photographies anonymes, sous la forme d’une installation interactive munie d’un logiciel de détection de mouvements et de composition photographique en temps réel. L’installation propose une représentation des espaces consacrés à l’art comme lieux de rassemblement et de sociabilité pour la communauté. Les images de centaines de personnes qui déambulent dans le centre tout au long de la durée du projet composent ainsi une grande fresque murale qui traduit les rapports affectifs que les visiteurs ont entre eux et avec les lieux.

En plaçant le corps humain et ses rapports à la machine au centre de sa démarche, Violette Dionne propose à la fois un regard formel sur les propriétés mécaniques du corps en mouvement et un questionnement sur le monde de l’industrie. Ses œuvres font référence tant à l’histoire de la sculpture qu’au design industriel. Elle crée des finis érodés au moyen de glaçures et de jus d’oxydes qui se combinent ainsi aux effets de textures, renforçant ainsi le réalisme et l’apparente facture industrielle de ces objets. Et de la mécanique des corps à la mécanique des machines, il n’y a qu’un pas à faire.

L'artiste estrienne, Andrée Marcoux nous présente Bestiaire. Par la présentation de ce corpus, elle marque un tournant dans sa démarche artistique en exposant des animaux en noir et blanc. En utilisant l’encre de Chine et le fusain, elle nous présente l’âme de ces bêtes sauvages, isolées de leurs contextes naturels. C'est une réflexion sur la légitimité de la captivité, sur l’impact de la civilisation humaine sur la biodiversité. Les bêtes réalistement représentées, presqu’à leur taille réelle, nous invitent à s’approcher, les observer, les adorer, tel qu’il se doit.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.