Publicité

30 mars 2021 - 04:00

Des os et des mots…

Mireille Frégeau

Par Mireille Frégeau, Initiative de journalisme local

Toutes les réactions 1

Saint-Adrien  - C’est sur sa terre de Saint-Adrien que l’artiste Lucie Benoit, 74 ans, a imaginé son jardin d’Éden au tournant des années 1970. Elle est de cette génération de jeunes idéalistes peace and love, les pieds dans le pré, qui aspiraient à tout réinventer. Le retour à la terre, à la recherche de la terre promise, a inspiré tant de créateurs ! Lucie en fait partie…

Est-ce vraiment un hasard si elle est artiste, sculpteure et poétesse, tout en ayant œuvré pendant 35 ans comme ostéopathe ? « Depuis mon jeune âge, j’ai toujours été tiraillée entre les arts et la santé, avoue-t-elle. Très jeune, je voulais être écrivaine ! Puis, sage-femme. Je voulais être au service… La massothérapie et l’ostéopathie ont suivi. Un gros tournant ! J’ai trouvé ce que je cherchais. Un ostéopathe travaille avec ses mains et l’observation. Il peut sentir les blocages touchant les os, muscles, tendons, etc. Il repère tous les mouvements internes du corps, et localise les lésions pour redonner la fluidité aux mouvements. Et susciter une régénération naturelle. La santé, c’est la vitalité et la force de la personne. » 

Il n’empêche que celle qui avait fait l’École des Beaux-Arts de Montréal à la fin des années 1960 vibrait toujours. Et, soudain, un hasard, un miracle ? « Un jour, sur ma terre, j’ai trouvé les os d’une de mes juments, Maggie, qui y avait été enterrée, raconte Mme Benoit. Son bassin, ses grosses vertèbres, c’était un véritable trésor que je remontais à la surface ! Je me suis mise à en faire des sculptures. Celles-ci sont davantage des assemblages que du traficotage d’os. La rondeur, l’équilibre, leur forme me fascinent. Les blanchir, les sabler tout en cherchant à deviner leur parcours jusqu’à moi… Comme si je suivais une piste à contresens pour fabriquer une œuvre d’art. Lors de la première expo à Saint-Camille, les gens étaient surpris ! Et touchés. Émus. Une sculpture fabriquée à partir d’os, c’est presque éternel… »

La nature comme mentor

Lucie y passe une grande partie de son temps. La nature et l’art ne font qu’un. « Dans les os, j’observe des dessins que je retrouve à moult endroits dans la nature, se réjouit-elle. Depuis deux ans, je travaille sur un projet qui me tient à cœur. Il s’agit d’un livre illustré, un bestiaire, avec mes sculptures et des écrits poétiques qui les accompagnent. Tout est presque fin prêt ! S’apprivoiser à l’existence, côtoyer la mort, le vivant, voilà mon humble démarche quotidienne vers le sacré. » 

 

facebook.com/lucie.benoit.127

ravir.ca/membre/lucie-benoit

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • cet article sensible sur la personnalité de Lucia décrit bien qui elle, ce qu'elle est ! une sorcière qui sait instiller de la lumière là ou elle soulage et éclaire !



    Faon Mourmant - 2021-03-31 03:42