Publicité

23 février 2021 - 04:00

L’appel de la forêt…

Mireille Frégeau

Par Mireille Frégeau, Initiative de journalisme local

St-François-Xavier-de-Brompton - On sent aujourd’hui un réel besoin de retourner à la nature. Cette nécessité, il y a longtemps que Samuel Véronneau, un artiste peintre âgé de 33 ans, l’a ressentie. À travers le Québec, il parcourt les endroits idéaux pour renouer avec la planète ! Avec pour résultat des toiles aussi rafraîchissantes que bienfaisantes ! Coup d’œil…

« Petit, j’étais fasciné par les westerns, la conquête de l’Ouest et la vie dans les bois, se souvient-il. J’ai étudié en protection de la faune, et je suis devenu notamment le gardien de certaines rivières. La moitié de l’année, je travaille comme technicien forestier. L’été, je m’inspire des paysages que je sillonne, surtout ceux du Lac-Saint-Jean, de la Côte-Nord et de la Gaspésie. Et l’hiver, je crée ! » 

Au départ, il dessine, ses crayons lui permettant d’explorer son souci du détail. « Vers 2005, je me suis familiarisé avec l’huile, poursuit Samuel. C’est complètement différent ! Ça ne sèche pas vite. C’est comme travailler avec du crémage à gâteau ! Pour mes tableaux, j’utilise à la fois les pinceaux et la spatule pour tous les reliefs que celle-ci procure. Forcément, mes thèmes tournent autour de la faune. Bien que j’aie suivi des cours de base pour maitriser l’huile, c’est surtout par l’observation et la pratique que j’arrive à d’heureux résultats. Robert Bateman, un peintre animalier canadien, m’a beaucoup inspiré… »

 

Se ressourcer pour mieux se retrouver

Par ses œuvres, cet amoureux des grands espaces, de chasse, de pêche et de culture amérindienne, nous rappelle l’importance de ne pas scier la branche sur laquelle nous sommes assis ! Mais, au contraire, de protéger nos fabuleuses ressources : « Je vibre particulièrement pour la Gaspésie et ses eaux azurées, et pour la Côte-Nord avec son côté sauvage, accidenté et indomptable ! » Sa production nous fait savourer pleinement ces trésors naturels. « Je ne vis pas encore de mon art, mais ça viendra ! », entrevoit-il, déterminé. À noter qu’il accepte des commandes.

En mars 2020, Samuel Véronneau a participé au Symposium de Drummondville. « Juste avant le premier confinement, précise-t-il. En fait, l’année a été plutôt bonne. Les gens ont eu le temps de regarder leurs murs et de nourrir l’envie d’y accrocher des toiles ! Aussi, avec le télétravail sur Zoom, plusieurs aiment afficher une toile en arrière-plan. » 

Pour l’heure, Samuel veut propulser son art ! Il va d’ailleurs exposer quelques toiles à la Galerie LAB de Magog.

 

facebook.com/samuelveronneauartistepeintre

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.