Publicité

18 octobre 2020 - 04:00

Première partie

On ne transplante pas un vieil arbre – La Brunante

Par Mireille Frégeau, Initiative de journalisme local

Racine - Avouez que ça devient de plus en plus terrorisant de vieillir! Cette vieillesse tant redoutée doit être repensée. Le Racinois Gaston Michaud, 85 ans, planche depuis longtemps sur la question. Sa vie a été rythmée par ses efforts d’offrir à plusieurs un avenir meilleur. Son livre, On ne transplante pas un vieil arbre, raconte l’histoire de La Brunante, la première habitation québécoise de type coopérative pour ainés. Ça fourmille de pistes de solutions concrètes!

Voilà une vingtaine d’années, il est allé à l’essentiel : comment faire pour que les ainés aient plus de choix quand vient le temps de quitter leur domicile? « Il s’agissait de mettre sur pied une maison pour maintenir leurs citoyens aînés dans leur village, explique-t-il. Ce n’est pas parce que l’on vieillit qu’il faut quitter le lieu où nous avons habité toute notre vie, dans lequel se trouve notre réseau d’entraide le plus solide. Plus de 88 % des personnes âgées souhaitent demeurer chez elles le plus longtemps possible. On a travaillé fort pour opérer sous la formule “coopérative de solidarité” qui n’existait pas encore pour les coopératives d’habitation. » Étant l’ainé d’une famille de 15 enfants, Gaston connait bien le concept!

À La Brunante, exit l’âgisme systématique. « Les talents de chacun sont reconnus. Les gens aiment se sentir utiles », reconnait-il. Souvent les aidants, les bénévoles, ce sont les ainés qui apportent beaucoup à notre société. Une politique d’inclusion, une reconsidération des seniors, ça va de soi. « La mise en valeur des compétences de chacun, le sentiment que nous avons besoin les uns des autres, le remplacement de la charité par l’entraide, tout ça sont des antidotes au vieillissement! », assure-t-il.

Les proches entraidants 

Cette expression de son cru résume bien l’idée. « Coopérer, c’est travailler ensemble!, avance-t-il. C’est avoir la certitude de jouer un rôle, c’est avoir le plaisir d’être utile, c’est rester vivant, dans la tête et dans le corps. J’ai appris cela quand je travaillais à Montréal dans un milieu défavorisé. Nous avions fondé une coopérative pour sortir les gens de la pauvreté. Chez chacun, même les plus démunis, il y a plein de ressources dormantes. Aussitôt qu’elles sont stimulées, le respect et la fierté renaissent. La coopération est un facteur de mobilisation individuelle et collective. Chez les aînés, c’est la même chose. Ils n’ont pas envie d’être mis au ban des sociétés! À La Brunante, comme le nom le dit, les vieux ont encore toute la soirée devant eux et ils veulent en profiter. »

On ne transplante pas un vieil arbre – La Brunante 

En vente à L’observatoire estrien du développement (OEDC)

À La Friperie du village (Racine)

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.