Publicité
27 avril 2017 - 04:00

Deux semaines de remplacement qui sont allongées jusqu’à 42 ans

Par Ralph Côté, Journaliste

Toutes les réactions 1

Windsor (RC) – C’est le vendredi 28 avril que Réal Guillemette prendra sa retraite au terme de 42 années durant lesquelles il a travaillé pour trois propriétaires à l’enseigne du marché d’alimentation Provigo à Windsor. De ces quatre décennies, le jeune boucher natif du rang 4 de Stoke a été à l’emploi de Charles Marceau durant 31 années.

« J’ai grandi pas très loin de l’entreprise des Charcuteries et Salaisons Théberge qui était aussi située dans le rang 4, là où j’ai appris mon métier à partir de 16 ans. Comme chaque année, la période de l’été était plus tranquille et alors que j’avais 22 ans, j’ai appris que Charles Marceau cherchait un remplaçant pour deux semaines. Finalement, j’ai travaillé durant 42 ans au même endroit ! », constate M. Guillemette qui a côtoyé plusieurs collègues de travail, dont Gérald Ayotte, des membres de la famille Ouellet sans oublier son frère André, également boucher, qui cumule présentement 35 ans au même endroit.

Alors que l’enseigne Suprême (de Provigo) était rattachée à celle de la famille Marceau, Réal Guillemette s’est intégré à celle de Provigain qui sera rapidement remplacé par Provigo. Le sympathique boucher a été à même de constater les nombreux changements qui se sont succédé au fil du temps, particulièrement au niveau de l’informatique, des attentes de diverses clientèles et d’un secteur économique très compétitif.

« Pendant plusieurs années, la viande de boucherie était très accessible pour les consommateurs et il fallait avoir de bons bras et de dos pour manœuvrer les pièces. La ronde, la macreuse, le rôti de paleron et bien d’autres coupes sont moins disponibles tandis que d’autres sont maintenant au goût du jour ou au temps que l’on a pour cuisiner. Le poulet demeure le plus populaire, sauf que le prix des viandes et des poissons n’est pas accessible pour tous. »

À travers ses 42 années de loyaux services, Réal Guillemette a travaillé dans le domaine de la construction, entre autres pour des projets personnels réalisés à Val-Joli, Saint-François-Xavier-de-Brompton où il a demeuré. Père d’un fils âgé de 40 ans et amateur de musique country, il a choisi de s’établir avec sa compagne à Asbestos depuis vingt ans.

En bonne forme et avec des projets qui mijotent, Réal Guillemette quittera officiellement le Provigo de Windsor le 29 avril, dès 16 heures pour une retraite bien méritée.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Quand j'étais un tout petit tannant de la rue St-Ambroise (maintenant Ambroise Derden) ma mère m’envoyais souvent chercher des steaks Boston de monsieur le boucher, je me rappelle comment il étais fort car il cassait tout le temps la corde qui enveloppais les viandes dans le papier brun cirée, et monsieur Marceau qui nous laissais récupérer les bouchons vide de la machine a liqueur pour qu'on puisse les ouvrir et peux être découvrir une liqueur gratuite ou le gros prix 0.25$. Merci aussi au deux caissières du temps qui étais plus que patiente avec nous...circa 1965+

    Jean-Rock Lessard - 2017-04-27 14:08