Publicité
16 mars 2017 - 04:00

Pétition pour un meilleur usage et entretien des stations de pompage

Par Ralph Côté, Journaliste

Saint-François (RC) – Une soixantaine de résidants du secteur des rues Chabot et Bernaches à Saint-François-Xavier-de-Brompton étaient présents lundi soir dernier lors de l’assemblée ordinaire du conseil municipal. Ces présences avaient trait aux mécontentements des résidants à l’endroit de la Municipalité au sujet de la station de pompage no. 4. Claude Paulin, résidant du secteur ciblé et président de l’Association pour la protection du petit-lac-Saint-François (Tomcod), a remis au conseil une pétition de 45 signatures afin d’inciter les élus à corriger le problème de la station de pompage qui peine à éliminer les lingettes et serviettes jetables ainsi que les guenilles et chiffons.

En tenant compte du secteur ciblé qui a commencé à croître au début des années 1980, les difficultés d’élimination se sont accrues vers les années 2011-2012, période durant laquelle l’espace domiciliaire s’est accentué, tout comme les lingettes et autres matières jetables.

Constatant les frais assumés par les bris de la pompe no. 4 durant les années 2015 et 2016, le conseil municipal annonçait durant l’assemblée ordinaire du 2 février dernier que « des mesures préventives ont été mises en place sans succès », et que «les frais pour réparer les pompes soient assumés par les propriétaires des secteurs concernés, et non l’ensemble des usagers du réseau d’égout ». Dès lors, le conseil adoptait à l’unanimité ces considérations qui ont rapidement éveillé la grogne des résidants.

Les citoyens entendus

« Lors de l’assemblée suivante, celle du 6 mars, j’ai remis la pétition au conseil et le promaire Gérard Messier a aussitôt établi un climat serein, changeant l’ordre du jour afin de discuter du litige avec les citoyens. L’inspecteur mandaté auprès de la Municipalité, Jocelyn Leroux, a fait le point sur la situation. Une proposition du conseiller Yvon Larochelle appuyée par sa collègue, Manon Jolin, a été adoptée afin de surseoir à la résolution et de trouver une solution au problème », relate M. Paulin.

Il est à noter que la pompe no. 4 dispose de 240 volts par rapport aux autres qui sont dotées en moyenne de 600 volts. Cependant, aucune pompe sur le territoire urbain de Saint-François ne cause des problèmes de débordements pouvant atteindre les installations sanitaires des maisons, incluant la numéro 4. En fait, les lingettes et matières similaires qui s’agglutinent au fond des stations de pompage entraînent des pertes énergétiques inutiles, tout autant que des bris pouvant être évités. De ces constatations, la soixantaine de citoyens présents à la salle du conseil veulent que l’entretien du réseau soit assumé sur une base régulière à l’ensemble des habitations reliées au réseau via les taxes municipales.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.