Publicité
25 octobre 2017 - 04:02

Richmond

Jusqu’au 5 novembre pour faire un choix

Par Ralph Côté, Journaliste

Richmond (RC) – Le comité organisateur du Débat Richmond2017 concernant le poste de la mairie a reçu l’attention souhaitée auprès de la population anglophone et francophone. Environ 200 personnes ont occupé l’espace du Centre communautaire Sainte-Famille afin d’entendre la candidate Hélène Tousignant (présidente de la Chambre de commerce régionale de Richmond) et les candidats Pierre Grégoire (conseiller sortant), et Bertrand Ménard (auparavant conseiller durant dix ans à Canton de Cleveland).

Deux bonnes heures ont été allouées pour cet exercice au terme duquel les personnes présentes ont pu se familiariser avec les objectifs des trois aspirants. C’est au départ Hélène Tousignant qui s’est exprimé suivi de Bertrand Ménard et Pierre Grégoire.

Hélène Tousignant

Dès 2016, la cofondatrice de l’organisme Héritage du Val-Saint-François et la présidente du Wolfe BBQ Fest s’est positionnée vers développement économique et une vision élargie. Ses prédilections: art, culture, ouverture à de nouvelles avenues (coopérative d’habitation bigénérationnelle, récupération circulaire des déchets), le commerce, la revitalisation graduelle du centre-ville et du patrimoine bâti. À développer: le tourisme. Sa force: le long terme.

Bertrand Ménard

L’importance avant tout de remettre sur les rails le parc industriel, Bertrand Ménard rappelle la diversité qui mijotait il y a une dizaine d’années. Ses prédilections: l’économie dirigée vers les familles, la qualité de vie, les jeunes, les loisirs, les sports et l’importance de greffer les efforts auprès des municipalités de la région du Richmond ainsi que les organismes du milieu. À développer: le parc industriel. Sa force: la concertation.

Pierre Grégoire

La relève médicale est nécessaire pour les gens de Richmond et des municipalités limitrophes. Ses prédilections: fils de parents dont le commerce était situé sur Principale, Pierre Grégoire entrevoit un centre-ville revitalisé graduellement, plus axé vers Craig. Auparavant attaché politique du député de Saint-François, il mise sur les sources de financement gouvernementales au profit des infrastructures de la Ville. À développer: la relève. Sa force: la politique.

Les candidats ont été courtois entre eux. Messieurs Grégoire et Ménard sont cependant en désaccord au sujet du parc industriel, le premier affirmant que le lieu demeure efficace et l’autre que plusieurs espaces sont vacants. M.Grégoire a confronté la candidate au sujet des infrastructures et des sources de financement disponibles, cette dernière évoquant plutôt la sécurité. Du côté des citoyens de différents âges, les francophones étaient au rendez-vous, tout comme les anglophones moins nombreux, mais présents.

Au terme des échanges, la revitalisation du centre-ville, l’économie et la capacité de payer, le patrimoine, la concertation, l’environnement l’arrivée de jeunes familles et les aînés sont au nombre des priorités et enjeux.

Des commentaires

Parmi les personnes présentes, le couple aux abords de la quarantaine, Marie-Ève Chapdelaine et David Neveu, a trois enfants. «Nous demeurons depuis 10 ans dans une maison que nous avons retapée avec soin. Richmond est vraiment une ville intéressante qui bouge et s’améliore, pas très loin des grands centres. Il y a beaucoup de projets intéressants, dont la rue Principale et tout ce qui favorise la famille», considère MmeChapdelaine.

Pour les copropriétaires du Snack Bar Mary Poppins, Marylin Comeau et Ghislain Marcotte sont présents à Richmond, mais aussi dans d’autres municipalités du Val-Saint-François. «Après les grosses maisons, c’est maintenant le temps de retaper les petites maisons. C’est comme Sears avec ses catalogues; le commerce se déplace maintenant à Cleveland, Melbourne et ailleurs. Richmond bouge aussi et ça va finir par valoriser le centre-ville et les autres secteurs» prévoit M.Marcotte.

Fait à retenir, c’est à quelques semaines près que le maire actuel, Marc-André Martel, recevait l’accueil de ses pairs en novembre 2016 au Centre Sainte-Famille, soulignant ses trois décennies à la marie de Richmond. Trente ans plus tard, la rencontre du 18 octobre 2017 a permis aux hommes, et aux femmes de faire un choix éclairé.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.