Publicité
3 décembre 2019 - 04:03

ProAmpac, de Richmond : les pros de l’emballage flexible

Par Roger Clavet

Cela fait bientôt 20 ans qu’une entreprise de chez nous fabrique des matériaux d’emballage que l’on retrouve souvent sur les étagères des pharmacies ou des supermarchés d’alimentation. Longtemps connue sous le nom de « Novus », l’usine de ProAmpac, de Richmond, est en plein essor et recrute du personnel pour combler son équipe.

« Les petites lingettes humides, par exemple, que vous achetez à la pharmacie sont produites ici même à notre usine de Richmond. Nous livrons le produit en rouleaux aux clients de l’industrie pharmaceutique. Il ne reste plus qu’à insérer les lingettes dans les contenants », explique Daniel Goyette, directeur de la production.  

Les emballages plastifiés pour yogourt ou aliments pour animaux, tout comme les sachets de sel ou de sucre, entre autres, sont des produits de ProAmpac.

À ses côtés, Patricia Rothos, directrice des opérations, précise que l’entreprise, à l’image d’ailleurs de l’industrie de l’emballage, a considérablement évolué au fil des ans. 

 « À la demande du marché, dit-elle, nous avons adapté et diversifié nos produits en cours de route. Les équipements et le personnel, eux, n’ont pas trop changé. Nous avons même avec nous des employés en poste depuis les débuts de l’entreprise ».

Un secteur qui s’emballe, des emplois à combler

Secteur hautement concurrentiel, l’emballage flexible est de plus en plus populaire. « D’où une certaine croissance du marché, en particulier une demande accrue pour des emballages écoresponsables », souligne Daniel Goyette, riche de 26 ans d’expérience en gestion, dont 16 années dans l’industrie de l’emballage. 

La demande est si grande que le passage à une production 7 jours par semaine, au lieu des 5 jours actuels, n’est peut-être pas si loin à l’horizon. 

Avec une trentaine d’employés répartis sur trois quarts de travail, ProAmpac poursuit ses efforts de recrutement. Il lui faut préparer la relève. Elle recherche activement des opérateurs et des aides-opérateurs.

« Nous cherchons des gens manuels, qui ont le goût d’apprendre et de se surpasser. Les machines, ce ne sont pas juste des boutons ON et OFF qu’on enfonce » ajoute Véronique Jean, conseillère aux ressources humaines.

« Il nous faut aussi stimuler le personnel déjà en poste et valoriser le travail d’équipe », constate Daniel Goyette. Voilà pourquoi, chez ProAmpac, on récompense l’initiative des employés. 

« Récemment, un membre du personnel qui travaillait à l’expédition s’est vu promu coordonnateur à la production parce qu’il s’était démarqué en situation de crise », témoigne Véronique Jean. 

Chose certaine, l’entreprise ProAmpac ne vit pas en vase clos, coupée de sa communauté. Bien au contraire. Elle multiplie les engagements communautaires. 

« Nous commanditons des fêtes de famille. Par exemple, en août dernier, une Journée Entreprise en famille a été organisée pour le bénéfice d’une Fondation. Nous nous impliquons aussi au niveau des pompiers volontaires. Nous trouvons important de souligner leur engagement dans la communauté », conclut Véronique Jean.

 

 

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.