Publicité
2 novembre 2017 - 04:00 | Mis à jour : 3 novembre 2017 - 11:16

5 à 7 du CPIZW : visite de Baultar et projet d’envergure

Par Ralph Côté, Journaliste

Toutes les réactions 1

Windsor (RC) – Le Comité de promotion industrielle de la zone de Windsor inc. (CPIZW) ont de nouveau réuni les entrepreneurs de l’endroit ainsi que les gens d’affaires qui partagent leurs compétences sur le territoire de la région de Windsor. Suite à la visite de Davibois en novembre 2016, c’était cette fois au tour de Baultar d’accueillir une quarantaine de visiteurs lors du 5 à 7 annuel du 12 octobre dernier.

Avant de débuter la visite du bâtiment de Baultar qui a été achevé en 2014, le directeur général du CPIZW, Michel Champagne, a tenu à rappeler le but principal de cette rencontre annuelle. «Ce qui est important pour nous tous, c’est de se connaître et de partager chacun nos services qui permettent d’élargir la force de l’industrie à Windsor. Beaucoup d’entrepreneurs se connaissent de visage sans savoir que les uns et les autres peuvent mettre à profit leur savoir-faire», affirme M.Champagne.

Baultar

La visite de Baultar a été l’occasion de rappeler le 30e anniversaire de l’entreprise qui a été mise sur pied par Bruno Archambault, en 1984, avec pour premier contrat de solutionner des problèmes liés aux serrures de portes des locomotives et voitures du Canadien National. Au fil des années, l’entreprise s’est dirigée vers des produits spécialisés ayant trait aux transports en commun, au fret ferroviaire et à l’expertise des infrastructures nécessitant des produits résistants. Les sièges et les planchers sont parmi les pièces qui font la réputation de Baultar.

C’est en 1997 que l’entreprise s’est installée dans le secteur Saint-Gabriel à Windsor. En 2009, un deuxième bâtiment a cette fois été dirigé vers le Parc industriel permettant d’augmenter le potentiel de la bannière. «J’ai pris la relève de mon père l’année suivante à titre de président et directeur général. Notre entreprise a continué de progresser et avec l’appui du CPIZW nous sommes depuis 2014, l’année de notre 30e anniversaire, dans un nouveau bâtiment qui nous permet de poursuivre nos objectifs», a précisé Simon Archambault en présence de ses invités.

Avec de nouveaux contrats qui s’ajoutent au fil des années provenant, entre autres, du Mexique, du Canada, de la ville de New York, pour ne mentionner que ceux-ci, Baultar apporte un fleuron appréciable pour Windsor et la région.

Projet de 3 à 5 M$

Avant le début de la visite, Michel Champagne a fait mention que le CPIZW s’affaire à mettre sur pied un projet d’envergure pour le Parc industriel de Windsor, évalué entre 3 et 5 millions de dollars.

«Les espaces du parc génèrent plus de 800 emplois en ce moment. Nous sommes présentement à planifier des incitatifs afin que nos entreprises puissent être encore plus compétitives sur les marchés, ce qui permettrait d’augmenter la main-d’œuvre et de susciter des opportunités intéressantes pour les entrepreneurs», a précisé M.Champagne.

Le CPIZW regroupe Marc Marin, président; Michel Champagne, directeur général; Martial Chamberland, vice-président; Henri-Louis Proulx, Paul Beauchesne, Guillaume Lussier et François Morin.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Depuis la fusion des journaux L'Actualité et L'Étincelle, nous découvrons davantage nos voisins. Serait-il possible de nous faire des reportages sur les entreprises à savoir ce que les gens font, les produits, les compétences, les créneaux à développer? Les industriels apprennent à se connaître et c'est tant mieux. La population des régions immédiates devrait pouvoir en faire autant. Le travail c'est chez-nous.

    Jocelyne Bergeron - 2017-11-03 08:19