Publicité
29 janvier 2019 - 04:00 | Mis à jour : 08:35

Centre culturel Bombardier : Empreintes d’humanité demeure à l’affiche

Par Ralph Côté, Journaliste

Val-Saint-François (RC) – En considérant les mauvaises conditions climatiques annoncées le dimanche 20 janvier et les annulations déjà reçues, le vernissage de l’exposition Empreintes d’humanité est reporté après avoir consulté les artistes. Celui-ci est remis au dimanche 3 mars. Cependant, l’exposition a ouvert ses portes dès le mardi 22 janvier.

Ainsi, le Centre culturel et bibliothèque Yvonne L. Bombardier de Valcourt présente l’exposition en arts visuels Empreintes d’humanité, regroupant Josette Villeneuve et Sophie Roy, l’une intéressée par les matériaux usuels et l’autre décelant la notion de tradition.

L’exposition sera à l’affiche jusqu’au 14 avril. Une réponse est attendue pour le vernissage du 3 mars par courriel au ccylb@jab.qc.ca, ou par téléphone que 450 532-2250.

Josette Villeneuve

Privilégiant l’incorporation de matériaux usuels recyclés à ses créations, l’artiste multidisciplinaire Josette Villeneuve utilise, entre autres, des étiquettes de vêtements et des blocs de plastique colorés pour susciter la réflexion sur l’impact de la mondialisation dans nos vies. Savamment assemblées, ses œuvres sculpturales occuperont magistralement l’espace du Centre culturel Yvonne L. Bombardier. Ainsi, mondes réinventés, drapeaux, mappemondes, et autres installations percutantes se donneront la réplique dans un parcours immersif pixellisé empreint de lucidité. Villeneuve confronte avec brio le spectateur à la société de consommation dans laquelle il évolue; simple figurant ou acteur éminent participant au déséquilibre environnemental planétaire. Ses travaux demeurent liés aux préoccupations environnementales, humanitaires, culturelles et politiques de notre époque.

Sophie Roy

L’artiste autodidacte Sophie Roy explore la notion de tradition en combinant des photos d’archives du photographe américain Edward Sheriff Curtis, qui mettent en scène des personnages autochtones du début du vingtième siècle, à ses propres photographies représentant des paysages urbains. Manipulés numériquement, ses tableaux hybrides où se marient photographies, collage et acrylique rendent hommage à la culture autochtone d’Amérique du Nord. Avec cet amalgame habile, l’artiste démontre que les traditions sont évolutives et demeurent très actuelles. Empreintes d’humanité suscite une réflexion sur l’identité de nos sociétés contemporaines et propose un rendez-vous avec un passé résolument présent.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.