Publicité
10 octobre 2017 - 04:00

Le festival biannuel du masque de Saint-Camille a attiré bien du monde!

Saint-Camille – Du 21 au 24 septembre, Saint-Camille s’est à nouveau imposée comme pôle artistique et culturel incontournable de l’Estrie avec la 5e édition du Festival Masq’alors! qui se déroulait dans différents lieux du village.

La formule du Festival a changé au fil des ans. Cette année, il a été plus court, soit durant quatre jours au lieu de dix lors des éditions précédentes. Il faut savoir que les organisateurs sont des bénévoles et qu’il était devenu trop lourd pour eux de prendre congé à leurs frais pour la durée de l’événement. La passion et l’enthousiasme des membres de l’équipe est cependant toujours bien présente et ils sont stimulés par les réactions et le soutien de la communauté.

Le festival du masque, comme tous les festivals internationaux, dépend de subventions. En effet, les revenus générés par la vente des billets ne pourront jamais couvrir les frais de production qui comprennent le coût des billets d’avion des artistes, le per diem, le cachet, la location de salle et de matériel technique ainsi que la promotion.

«Nous nous en sortons avec peu de subventions grâce à l’incroyable investissement bénévole. Je ne pense pas qu’il existe un autre festival au Québec de la même envergure qui fonctionne avec si peu de moyens financiers. D’un côté, nous sommes fiers de ce que nous réussissons à faire et nous en sommes très reconnaissants envers tous les bénévoles quel que soit leur tâche, mais nous savons aussi que cela rend le festival fragile quant à sa pérennité», a ajouté Hildegund Janzing, instigatrice de l’événement et membre du comité organisateur, précisant toutefois l’apport conséquent du CALQ cette année.

Il faut dire qu’une quarantaine de bénévoles donnent un coup de main à l’une ou l’autre des étapes de préparation, soit durant un an et demi. Le comité de programmation se charge de la recherche et la sélection des artistes, communique et négocie avec eux et monte la programmation. Des bénévoles s’occupent de tout ce qui est promotion et communications, d’autres de la logistique, de la technique, du montage et démontage des expositions et des salles de spectacle et de conférence, de l’accueil des artistes (transport des artistes internationaux, hébergement, repas, etc.) et finalement l’accueil du public.

Et grâce à cette implication, l’édition2017 du Festival Masq’alors! est une autre belle édition.

«Il y avait vraiment beaucoup de visiteurs tout au long de la fin de semaine. Nous remarquons qu’il y a de plus en plus de visiteurs qui viennent de loin parce qu’ils connaissent certains artistes internationaux ou la réputation du festival. C’est flatteur pour nous» , a ajouté Hildegund Janzing. Des artistes d’Allemagne et de Belgique, une Franco-Russe et bien sûr des Québécois issus de communautés culturelles diverses ont participé à l’événement. Des membres d’une troupe en provenance de la Cote d’Ivoire n’ont malheureusement pas eu leurs visas canadiens à temps pour prendre part à cette édition.

Au moment de mettre sous presse, le bilan interne n’était pas encore complété, mais déjà l’implication de nouveaux bénévoles et les idées plein la tête des membres du comité laissent présager une 6e édition.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.