Publicité
7 septembre 2017 - 04:00 | Mis à jour : 06:32

5 à 7 du vernissage de l’exposition Ruralité présentée par RAVIR

Par Ralph Côté, Journaliste

Richmond (RC) – Le 5 à 7 du vernissage de l’exposition Ruralité présentée par RAVIR (Regroupement des artistes vivant en ruralité) le mercredi dernier a été l’opportunité de réunir plusieurs artistes du regroupement qui ont pu parler, montrer à des amateurs d’art autant qu’à des proches et amis ce qu’ils peuvent réaliser dans l’espace de la ruralité.

Les salles d’exposition du Centre d’art de Richmond ont été peuplées de visiteurs découvrant du talent et de l’inspiration comme ceux de l’urbanité qui ont toutefois l’avantage de la proximité et des opportunités.

«L’exposition veut sensibiliser le public sur la réalité, les enjeux, les défis d’être artiste loin des grands centres urbains. Le milieu rural a un visage complexe, varié et riche, que ce soit au niveau des entreprises, de la population et du territoire. Les artistes font partie de ce milieu depuis toujours; ils s’en imprègnent, se l’approprient. Cette exposition met en relief la vision, la définition que chaque artiste a de la ruralité selon sa discipline, son vécu, quel qu’il soit», soutient la coordonnatrice de RAVIR, Erika Eggena, qui est également l’une des artistes qui exposait mercredi soir dernier.

Des encouragements et des appuis

À ce vernissage s’ajoutait la présence de la députée Karine Vallières, et d’élus municipaux, dont les préfets des MRC du Val-Saint-François et Des Sources, Luc Cayer et Hugues Grimard, qui ont exprimé leur encouragement et appuis. Rappelant l’apport initial de RAVIR au sein du nombre d’artistes installés sur le territoire des Sources, M.Grimard a salué les efforts de l’organisme afin d’éveiller les élus, les gens d’affaires et les communautés à soutenir les artistes dont le territoire s’étale sur l’ensemble des Cantons-de-l’Est et de la région administrative de l’Estrie.

À ces intervenants s’est ajouté le président de RAVIR, Donald Mercier, qui a été chaudement applaudi dans l’espace bien rempli du Réfectoire pour sa volonté d’accroître le rayonnement de l’organisme. «La population rurale est dispersée; parfois les gens d’une même communauté ne se connaissent pas et c’est aussi vrai dans la sphère artistique. C’est dans ce contexte, par ce besoin de se regrouper, d’affirmer nos besoins, que RAVIR a vu le jour. Une des réalités auxquelles font face les artistes vivant en ruralité est le manque de diffusion de leurs œuvres, contrairement à l’abondance des milieux urbains. Le choix du Centre d’art de Richmond s’est imposé de lui-même puisque nos missions respectives, la promotion de l’art en milieu rural, se rejoignent ici», considère M.Mercier.

Le vernissage regroupait les exposants Hélène Gagnon, Jonathan Mercier, Lori Hazine Poisson, le collectif Zoné vert, Carole Lemay, Donald Mercier, Erika Eggena, Annabelle Nicole, Louise-Andrée Roberge, Indra, Johanne Parent. À eux s’ajoutaient la compositrice Katherine Gouin qui a interprété Ma ruralité au quotidien, l’allocution soutenue de Denis Clément et la prestation de Richard Letendre.

Suite au 5 à 7 du 30 août, l’exposition Ruralité s’est tenue du 1er au 4 septembre au Centre d’art à l’occasion de la fin de semaine de la Fête du travail.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.