Publicité
27 décembre 2016 - 04:00

Un calendrier de « beaux gosses » pour soutenir la recherche

Par Sophie Marais, journaliste

Asbestos – Deux jeunes femmes originaires d’Asbestos ont décidé de soutenir l’Association de la sclérose en plaques (SEP) de l’Estrie d’une façon particulière. Marilou Bérard et Claudia Leclerc lançaient dernièrement un calendrier de photos «osées » et artistiques sous le thème Beaux Gosses 2k17.

Les demoiselles se connaissent depuis le secondaire. Elles se sont perdues de vue alors que Claudia étudiait la photographie et Marilou la danse. Aujourd’hui, elles se sont retrouvées et c’est lors d’une conversation dans un bar que l’idée du calendrier a germé. Toutes deux proches de quelqu’un atteint de cette maladie, c’est sans hésiter qu’elles ont embrassé cette cause.

Elles ont d’abord élaboré l’idée de prendre en photo de jolis jeunes hommes dans le cadre de leur métier, pour ensuite vendre ce calendrier et remettre tous les profits à l’Association SEP de l’Estrie. Une fois le projet présenté et accepté par l’organisme, elles ont pu amorcer les séances photo. Claudia Lelclerc, alias Coconut lullaby, est la photographe derrière ce projet. Quant à Marilou Bérard, elle s’est occupée de toute l’organisation et la gestion de ce projet afin que le calendrier soit une « œuvre d’art ».

Ainsi, dans la veine des classiques calendriers de pompiers, le projet a officiellement été lancé le 4 décembre au studio OLAB yoga de Sherbrooke. Déjà, les pages Facebook, Instagram et le site web du projet avaient attiré quelques milliers de visites et une cinquantaine de commandes en prévente étaient déjà passées.

Rappelons que l’Association SEP de l’Estrie travaille depuis des années, par la recherche et les services de première ligne, à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes par cette maladie.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.