Publicité
15 décembre 2015 - 08:13

Airbnb et assurance habitation : qui assume le risque?

Depuis quelques années, de nombreuses plateformes numériques collaboratives tels que Airbnb proposent aux particuliers de louer leurs biens immobiliers pour de courtes périodes par le biais de la nouvelle « économie du partage ».

Si auparavant les locations saisonnières de courte durée étaient courantes pour qui possédait une maison de vacances ou une résidence secondaire, Airbnb en a fait une pratique nettement plus répandue. Voulant rentabiliser un investissement immobilier ou tout simplement jouir d’un revenu complémentaire, les propriétaires comme les locataires ont en effet flairé la bonne affaire. La pratique comporte toutefois son lot de risques. Selon Hélène Tremblay, directrice principale à la fidélisation et équipes spécialisées chez La Capitale Assurance, «l'assuré doit se demander s'il est prêt à laisser sa maison à des étrangers», sachant que l'assureur serait plus enclin à exclure le vol des biens par une tierce partie, et que toute fausse déclaration pourrait mener à l’annulation du contrat. Steve Kee, porte-parole du Bureau d'assurance du Canada, ajoute que «la couverture personnelle traditionnelle ne s'adresse pas nécessairement aux activités commerciales, et les gens doivent en tenir compte. » Il incomberait donc au propriétaire de s’informer auprès de son assureur quant aux clauses de son contrat afin de savoir si celui-ci prévoit une garantie qui couvre les locations temporaires.

Au Canada, Airbnb fournit une « garantie hôte » de 900 000$ en cas de dégâts causés par des locataires, mais celle-ci ne remplace en aucun cas une assurance habitation.  La position des assureurs semble alors faire consensus : une location conclue sur de telles plateformes constitue une activité commerciale, et à ce titre doit faire l’objet d’une délimitation spécifique et de clauses particulières. Afin d’éviter tout litige, les propriétaires doivent donc faire preuve de transparence et contacter leurs assureurs avant de se lancer dans ce type d’activités. Ceux-ci évalueront les risques et les primes à payer au cas par cas.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.