Publicité
10 février 2020 - 04:00

Gilles Levasseur, un véritable ambassadeur du hockey

Richmond (GM) – Le comité organisateur de la 57e édition du tournoi national atome Mousquiri de Richmond est fier d’accueillir cette année à titre de président d’honneur, un passionné de hockey, ex-participant et bénévole du tournoi, Gilles Levasseur.

Celui-ci s’est avéré un des meilleurs joueurs issus du hockey mineur, et ce des rangs mosquito jusqu’au junior B au sein des équipes richmondaises. Il a évolué durant une année au tournoi connu alors sous le nom de tournoi mosquito en 1965 (2e édition).

Son plus grand exploit dans les rangs du hockey mineur, il l’a réalisé dans le cadre du tournoi pee-wee de Québec en raison du record de 8 buts comptés lors d’un match, un titre d’ailleurs qu’il détient toujours à ce prestigieux tournoi.

Alors membre des As pee-wee C de Richmond, Gilles Levasseur a accompli son exploit en 1968 alors qu’il avait mené son équipe à un gain de 9-2 sur Neufchâtel. Il venait de battre le record réalisé quelques années plus tôt par un certain joueur de l’équipe de Thurso, Guy Lafleur, qui en avait inscrit 7!

«Je n’ai jamais pensé que mon record serait encore intact après 52 ans et ce n’est que plus tard que j’ai réalisé l’ampleur de cet exploit, de dire Gilles. Je ne sais pas encore combien de temps cette marque va tenir, mais ça va être difficile à battre, car le hockey a bien changé au fil des ans. À l’époque on jouait à deux lignes et aujourd’hui, le jeu est devenu de moins en moins individuel. Les entraineurs ont des systèmes de jeu et les équipes sont plus équilibrées, notamment», a-t-il expliqué.

Junior B

Gilles a par la suite connu beaucoup de succès dans les rangs bantam, midget et junior. À l’âge de 17 ans, il avait reçu une invitation à participer au camp des Castors de Sherbrooke de la LHJMQ, mais il avait été retranché en raison du fait qu’il s’est absenté pour avoir été lancé dans un tournoi de balle rapide, son autre passion dans le sport.

«Les dirigeants des Castors m’avaient bien averti de ne pas manquer la pratique et malgré tout, je ne regrette rien, car je ne sais pas si j’aurais été en mesure de faire l’équipe. D’un autre côté, j’ai joué 3 années dans le junior B à Richmond et on a remporté beaucoup de succès en gagnant le championnat des séries contre Magog, et en attirant des foules de plus de 1200 personnes. Dans ces années-là, il rentrait plus de monde dans l’aréna de Richmond, car il n’y avait pas de sièges comme aujourd’hui, mais de grands bancs en bois. Ce fut mes plus belles années dans le hockey, car nous formions toute une équipe et nous étions les rois à Richmond».

Passion

Véritable passionné de hockey, il a notamment été à l’emploi de la compagnie Sherwood pendant 28 ans où il a eu le privilège de côtoyer plusieurs anciens grands noms du hockey professionnel. Le hockey il en «mange» toujours en assistant à plusieurs matchs du Phœnix de Sherbrooke de la LHJMQ, des Cantonniers de la ligue midget AAA du Québec et plusieurs tournois de hockey mineur.

Il s’est toujours fait un devoir de revenir dans sa ville natale après son déménagement vers Sherbrooke en 1993, pour assister à des matchs du tournoi Mousquiri. Signalons qu’il a été bénévole au tournoi de Richmond pendant plusieurs années à titre d’arbitre (pendant 25 ans) et a siégé comme directeur au sein du comité exécutif. Il a aussi agi comme «scrapers» lors des premières éditions du tournoi alors que l’aréna ne possédait pas de zamboni pour nettoyer la glace.

«Les premiers tournois, je faisais partie de l’équipe de jeunes qui grattaient la glace en compagnie des tireurs de barils Paul-Émile Lefebvre et Camille Rivard, qui eux arrosaient la glace par la suite, de se souvenir Gilles. Je conserve de bons souvenirs de l’ancien aréna, car c’est à cet endroit que j’ai joué tout mon hockey de mosquito à junior B. À cette époque-là, les chambres des joueurs étaient toutes situés au balcon et le restaurant logeait au-dessous».

Arbitre

«Comme arbitre, on a eu beaucoup de plaisir, car nous étions tous bénévoles et nous n’étions pas payées. Nous formions de bonnes « gangs » avec des bons mélanges de vétérans et des jeunes et il s’en est « joué des tours » dans la chambre des arbitres», de relater le nouveau retraité âgé de 65 ans qui ne donnait pas sa place dans ce domaine, en compagnie du regretté Michel Leclerc, entre autres.

Des initiations de recrues en passant par des patins ou de gilets d’arbitres cachés dans le congélateur étaient chose courante à une époque où la camaraderie et l’esprit de corps caractérisaient ces bénévoles qui provenaient tous de Richmond et la région.

Tous les gens de Richmond et des municipalités environnantes sont donc invités à venir rencontrer où renouer avec Gilles Levasseur qui promet d’être présent à plusieurs reprises lors du tournoi et dont l’ouverture officielle aura lieu le vendredi 7 février, à 19 h 30.

Source : Guy Marchand pour le Tournoi national atome Mousquiri.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.