Publicité
24 juillet 2019 - 04:00

Quand la marche et l’histoire se rencontrent

Danville (RL) - M.Jean Béliveau, un résident de Danville ayant marqué l’histoire par une marche autour du monde, l’ayant mené à parcourir plus de 75000km sur une période de 11 ans, habite maintenant un dôme au sommet du Mont Scotch-Hill, à l’écart des commodités urbaines habituelles.

Appelé à prononcer des conférences, témoignages et anecdotes sur son odyssée qui a débuté au tournant du nouveau millénaire. Cet homme doté d’une gentillesse et conscience écologique remarquable, tente de redonner à son prochain par des conseils et des gestes d’accompagnement concrets. Notamment à ceux qui comme lui sont désireux d’entreprendre des voyages n’utilisant que la biomécanique du corps humain. C’est donc, dans cet univers de pensées que M.Béliveau a accueilli la visite de M.Richard Ryan, élu municipal de l’équipe Projet Montréal, dans le secteur du Plateau Mont-Royal, qui profite de ses vacances estivales pour relever le défi de marcher la distance Montréal-Québec, en passant toutefois par Sherbrooke. «J’ai marché deux fois des parcelles du chemin de Compostelle en Europe et cela m’a fait le plus grand bien. Cette année, vers le mois de janvier l’idée m’est venue de me lancer dans ce périple d’environ 22 jours de marche sur 25 journées de voyages.

C’était important pour moi de marcher au Québec, de prendre le temps de découvrir et même de redécouvrir certaines régions, comme ici à Danville. J’ai visité des endroits de la région pour affaire à quelques reprises, mais j’avoue qu’ici, c’est une première.» De raconter M.Ryan. À la question de savoir si ce dernier avait amorcé ce voyage au nom d’une cause humanitaire précise, Richard Ryan répondit ceci: «Au départ, je le fais sur une base de bien-être personnel, en faisant l’éloge de la lenteur et vivre au rythme de la nature. Toutefois, si j’avais un pont à faire avec mon projet actuel, ce serait sans l’ombre d’un doute, lier à la cause de la préservation de l’environnement. C’est un sujet qui me tient énormément à cœur et auquel je tente d’apporter mon humble contribution, un peu comme le fait de faire le trajet Montréal-Québec sans autre véhicule que mon propre corps.

Loin de moi la prétention de penser avoir un parcours comparable à celui de M. Béliveau, que l’on pourrait qualifier amicalement et avec tout le respect du monde, de “grand fou” de la marche, alors que moi je me qualifierais à la blague de “mini fou”. En fin de compte si mon histoire permet à certains de prendre conscience du fait que l’on peut tous apporter une contribution à la planète en réduisant notre empreinte écologique, et ce tout en habitant notre espace, favorisant ainsi la simplicité lors de nos vacances, alors ce sera parfait.» De conclure le sympathique homme politique, dont l’arrivée dans la vieille Capitale est prévue pour le 24 juillet.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.