Publicité
3 octobre 2017 - 04:01

CPE Magimo : une progression longue de 24 ans

Par Ralph Côté, Journaliste

Saint-Denis (RC) – Dans le cadre de sa mission auprès de ses services de garde éducatifs en milieu familial, le Centre de la petite enfance (CPE) Magimo a présenté récemment au ministère de la Famille un projet visant à promouvoir la santé et le développement global des enfants. Le point de presse qui se tenait au CPE de Saint-Denis-de-Brompton le 12 septembre dernier.

À l’occasion de cette rencontre, l’organisme a rappelé les étapes qui se sont succédées au fil des 24 années.  

Historique de Magimo

Le Centre de la petite enfance (CPE) Magimo, fondé en 1993, était au départ une agence de garde en milieu familial. À cette époque, sa capacité était de 110 places. En 1998, l'Agence de garde Magimo est devenue le Centre de la petite enfance Magimo. La capacité est passée à 130 places puis à 150 durant cette même année. En devenant un CPE, Magimo avait l'obligation de diversifier son offre de service. Il a donc travaillé à l'implantation d'une installation de 21 places qui s'est concrétisée en septembre 2004. À ce moment, le milieu familial s'est enrichi d'une quinzaine de places supplémentaires passant à 165 places.

En 2006, la loi a été changée et la garde en milieu familial a été transférée sous la gestion des bureaux coordonnateurs. Magimo a reçu l'agrément pour le territoire du Val Saint-François et coordonne 401 places en milieu familial. La petite installation passe de 21 à 29 puis 42 places.

C’est à l'été 2015 que se concrétise le projet d'une deuxième installation pour le CPE Magimo, permettant désormais d'offrir au total plus de 500 places dont 401 en milieu familial reconnu, 42 à l'installation du Boisé sur la rue Wilfrid et 60 à l'installation du Marais sur la route 222. Lors de la création de ses installations, Magimo a veillé à y instaurer une ambiance familiale par la création de groupes multiâges, se rapprochant ainsi de sa mission initiale, la garde en milieu familiale.

La garde reconnue

Les responsables de services de garde éducatifs en milieu familial, reconnues par un bureau coordonnateur, se distinguent par l’obligation de démontrer qu’elles suivent un programme éducatif pour l’organisation des activités et les interventions démocratiques qu’elles font tout au long de la journée. Elles doivent suivre 45 heures de formation initiales auxquelles s’ajoutent un minimum de 6 heures de perfectionnement annuel et, aux 3 ans, se soumettre à la vérification de leurs antécédents judiciaires et suivre une formation de secourisme.

Les personnes majeures habitant dans leur résidence doivent aussi démontrer qu’elles sont exemptes d’antécédents criminels. Elles ont de plus, accès à des ressources professionnelles pour les aider à trouver des solutions pour leur organisation ou pour répondre aux besoins de certains enfants. Elles reçoivent, à leur demande, des visites de soutien pédagogiques et, obligatoirement, 3 visites de vérification de la conformité de leur service de garde. Le bureau coordonnateur organise régulièrement des événements pour accompagner les responsables de service de garde dans leur mission pédagogique auprès des tout-petits.

Les MagiMenus

Le projet les MagiMenus s’inscrit dans une de ces démarches qui a pour but l’amélioration de la prestation des services éducatifs. Lors de l’appel de projet fait par le ministère de la Famille pour l’amélioration de la qualité dans les services de garde en milieu familial, Magimo a souhaité outiller les responsables de services de garde éducatifs pour l’amélioration de l’offre alimentaire et la stimulation de l’intérêt des enfants envers cette opération qui revient régulièrement : s’alimenter.

Nous sommes heureux de collaborer avec plusieurs partenaires reliés aux saines habitudes de vie par le partage des fiches d’Extenso, la promotion de Gazelle et Potiron et l’offre de formation avec le Croqarium, entre autres.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.