Publicité
21 septembre 2018 - 12:00

Québec solidaire : un plan pour Cultiver mieux, bien manger pour l’agriculture de demain

Par Ralph Côté, Journaliste

Comté de Richmond – Dans le cadre de son Plan de transition économique, un gouvernement solidaire soutiendra le développement de l’agriculture biologique et de l’alimentation locale, a annoncé récemment la porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, en compagnie de la candidate dans Richmond, Colombe Landry, toutes deux de passage à Saint-Georges-de-Windsor.

Dès son premier mandat, un gouvernement solidaire mettra en place des mesures concrètes afin de soutenir la transition écologique du secteur agricole, actuellement responsable de près de 10% des émissions de GES du Québec, affirme Colombe Landry. La politique agricole solidaire Cultiver mieux, bien manger agit sur trois volets: soutenir le développement de l’agriculture biologique, développer des circuits d’approvisionnement locaux et soutenir les producteurs québécois dans la transition.

Manon Massé estime que l’aide financière accordée aux fermes biologiques sera ainsi bonifiée; les normes environnementales seront révisées afin de limiter l’usage de pesticides et d’engrais provenant de combustibles fossiles et d’interdire le recours aux pesticides systémiques responsables du déclin des abeilles et des autres pollinisateurs. «Il y a plus de fermes biologiques au Québec qu’au Canada et le secteur représente plus de 10000 emplois, mais elles reçoivent moins de subventions que l’agriculture conventionnelle. Notre soutien va accélérer la croissance du marché et rendre l’alimentation bio plus accessible au monde ordinaire», soutient MmeMassé.

Circuits d’approvisionnement locaux

Pour sa part, Colombe Landry considère qu’il ne suffit pas juste de faire de l’agriculture autrement. Si les produits voyagent 1000 kilomètres avant d’arriver sur les tables, il y a un sérieux problème. «Ça nous prend des circuits plus courts», notamment par la mise en place d’une politique alimentaire d’approvisionnement en produits locaux pour les organismes publics et parapublics. Les CPE, les CHSLD ou les hôpitaux devront ainsi s’approvisionner auprès d’entreprises agricoles locales. L’étiquetage des aliments sera aussi amélioré afin que les consommateurs puissent connaître l’origine exacte des produits qu’ils achètent».

«Le bilan libéral en matière d’agriculture écoresponsable est catastrophique. Entre 2010 et 2016, le nombre d’agronomes engagés par le MAPAQ a chuté; on subventionne dix fois moins qu’avant la recherche sur les pesticides! Le gouvernement dit aux productrices et producteurs de virer au vert, mais il les abandonne à leur sort. Québec solidaire va inverser la tendance», de conclure à la fois mesdames Landry et Massé.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.