Publicité
6 décembre 2017 - 12:00 | Mis à jour : 7 décembre 2017 - 06:31

Agression de nuit dans une résidence à Danville

Danville (SQ) - Une dame de Danville a vécu une nuit d’enfer alors qu’un individu qui s’était présenté chez elle, a profité de l’occasion afin d’attenter à sa vie après l’avoir séquestrée, puis agressée sexuellement.

Antoni Bergeron 25 ans, qui serait originaire de la région de Lévis, a été formellement accusé mardi, au palais de justice de Sherbrooke, de multiples gestes devant la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec. Selon les faits, Bergeron se serait présenté au domicile de Danville, où il y avait une chambre à louer suite à une annonce parue sur Kijiji. Selon la porte-parole de la SQ, les faits se serait produit dans la nuit de lundi à mardi dernier.

La relationniste de la SQ, Aurélie Guindon, nous précisait également, que des accusations de tentative de meurtre, d’agression sexuelle ayant causé des blessures en utilisant une arme, de séquestration, ainsi que vol du véhicule et de divers articles appartenant à la victime âgée de 33 ans, ont été ainsi portés devant la cour.

La procureure aux poursuites criminelles s’est opposée à la remise en liberté de Bergeron, quant à l’avocat de la défense de l’aide juridique, il a remis le dossier au 8 décembre prochain.

« Nous ne savons toujours pas encore, pourquoi, il est passé aux actes, puisque ni un ni l’autre se connaissait, de préciser Mme Guindon de la SQ.

Antoni Bergeron aurait utilisé une arme pour agresser sexuellement la victime. Au cours de l’agression, il aurait tenté de la noyer dans le bain de la résidence de Danville. Avant de quitter, Bergeron aurait volé divers objets dont un sac à main et un cellulaire. De plus, l’individu de 25 ans aurait pris la fuite dans le véhicule de la victime.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.