Publicité
27 janvier 2018 - 04:00

Confection Windsor : une opportunité pour les couturières de redorer le métier

Par Ralph Côté, Journaliste

Windsor (RC) – L’entrepreneur Jean Drouin est à la recherche de couturières et de couturiers intéressées à la confection de divers tissus qui, selon les besoins de la clientèle, peuvent aussi s’intégrer à des matières plastiques. Cependant, le défi actuel dans ce secteur est la pénurie de main-d’œuvre et, particulièrement, la perception d’un métier difficile et peu lucratif. C’est à ses aspects qu’il s’emploi « à coudre » des pièces bien choisies, à commencer par un nouveau logo : Confection Windsor.

Honoré en 2017 par le Centre d’aide aux entreprises du Val-Saint-François et aussi connu dans les régions estriennes, l’homme d’affaires avait élu domicile dans le Parc industriel de Windsor où il a pu progresser convenablement. Cependant, une opportunité intéressante s’est manifestée sur la rue Watopeka en bordure de la rivière. En 2016, M. Drouin acquérait ainsi le bâtiment de l’ancienne Sealky Sware Slip spécialisée à l’époque dans les sous-vêtements de femmes.

À l’enseigne d’Inivex Composite, Jean Drouin est présentement à l’étape de redorer le métier. « On a oublié que la couture est un métier noble et qu’il y a toujours des mains expertes. Plusieurs usines de textiles, dont celles que l’ont désignaient les shop de manufactures, ont laissé de mauvaises images durant plusieurs décennies. Les longues journées de travail, la rémunération selon les quotas et les environnements surchargés ont cessé progressivement lorsque les pays asiatiques, particulièrement, ont pris le relais avec des prix imbattables. Durant les dernières années, le domaine de la couture a changé cependant, ce qui permet de relancer le métier dans de meilleures conditions. »

Des opportunités pour le domaine de la couture

 Au niveau des salaires et des conditions de travail, Jean Drouin invite les personnes intéressées au domaine de la couture. Il en va aussi pour celles et ceux prêts à entrevoir un nouveau métier. « Nous avons besoin de main-d’œuvre et au niveau salarial, il y a quand même une différence du salaire minimum et aussi l’avantage d’être dans un bon environnement. Le bâtiment a été rénové, l’espace est vaste et bien illuminé. »

Quant aux commandes sur mesure ou régulières, les coutures traditionnelles et d’ingénierie, dont celles exigeant divers plastiques, regroupent entre autres des courroies de civières, des housses isolantes, des habits pour des écoles privées, des tabliers pour chefs cuisiniers, des tuques et autres demandes sur mesure pour lesquelles le souci de la qualité est essentielle.   

Installé depuis 2016 sur la rue Watopeka, Inivex Composite intègre Confection Watopeka qui profite d’un logo sur lequel regroupe l’aiguille fixant le tissu dont la souplesse du W réuni à la fois la ville et la rivière Watopeka qui se jette dans la Saint-François. De plus, Jean Drouin profite du savoir-faire de Claude Saint-Cyr qui a été propriétaire de Vêtements Watopeka de 1985 jusqu’à l’installation de Confection Windsor. De plus, l’une des filles de M. Saint-Cyr, Claudia, est aussi présente au sein de l’entreprise.
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.