Publicité
2 avril 2017 - 04:00

La Coopérative funéraire a opté pour la Résidence Windsor

Par Ralph Côté, Journaliste

Windsor (RC) – C’est sans tambour ni trompette que la Coopérative funéraire de l’Estrie a mis en vente la Maison A. Boisvert de Windsor. Cette décision prise par la direction de la coopérative, résulte de l’achat de l’une des succursales des Résidences funéraires Cass, située à l’intersection des rues Saint-Georges et Georges-Guilbault.

Le directeur général de la Coopérative funéraire de l’Estrie, François Fouquet, est conscient de l’attachement et des liens forts qui se sont succédés durant plusieurs décennies à l’endroit du salon Boisvert. C’est encore le cas pour une clientèle qui assure sa fidélité à l’emplacement et aux services situés à l’angle de la 3e avenue et de la Saint-Georges, sauf que les rites et les croyances imposent de nouvelles façons de faire selon les attentes de diverses clientèles, ainsi que les regroupements d’affaires liés aux entreprises de services funéraires.

« C’est en janvier 2015 que nous avons fait l’achat de la Résidence funéraire Windsor. À la fin de l’année 2016, nous avons mis en vente le salon Boisvert. Lorsque la vente sera faite, les éléments du salon Boisvert de la 3e avenue seront déménagés au salon qui fait face à la caserne des pompiers, dont le columbarium. Dès lors, l’endroit sera suffisamment réaménagé pour accueillir les deux entités. D’ici là, les deux salons sont accessibles et les clients peuvent les utiliser, selon les disponibilités », précise M. Fouquet.

Dans ce contexte d’affaires, la Coopérative funéraire de l’Estrie avait élargi son réseau de salons avec l’acquisition des salons de la famille Cass. Au salon Boisvert à Windsor s’ajoutaient ceux des arrondissements de Lennoxville et Rock-Forest-Saint-Élie-Deauville à Sherbrooke, Ayers Cliff, Cookshire, Richmond, Sawyerville et Stanstead.

Place aux acheteurs

La direction de la Coopérative funéraire de l’Estrie a donc privilégié la Résidence funéraire Windsor à la fois pour un palier unique qui facilite l’accès à la clientèle, à un vaste stationnement de proximité auxquels s’ajoutent tous les services et arrangements offerts aux familles, proches et amis.

Quant au salon de la 3e avenue, qui demeure en place pour l’instant, l’endroit est prêt, particulièrement pour les places d’affaires pouvant profiter d’un cachet élégant doté d’un stationnement facilement accessible. Malgré les offres nombreuses sur le territoire windsorois, le conseil d’administration de la coopérative estrienne considère que l’endroit offre un potentiel appréciable, particulièrement en tenant compte de la réfection du bâtiment qui avait été remis à neuf suite à l’incendie du 13 juillet 2012.

Du milieu des années trente à aujourd’hui

C’est au début de mars 2013 que la Coopérative funéraire de l’Estrie a procédé à l’ouverture officielle de la Maison A. Boisvert. À cette occasion, le directeur François Fouquet soulignait l’apport des intervenants et partenaires qui ont contribué à la reconstruction, ainsi que les efforts des pompiers de Windsor-Val-Joli, Saint-François et Saint-Claude qui avaient combattu sous une chaude température lors de l’incendie de juillet 2012.

Afin de rendre hommage au propriétaire initial, Antonio Boisvert, la réouverture avait aussi été l’occasion de désigner une portion de l’édifice nommée « Hall A. Boisvert ». De plus, la Coopérative funéraire avait salué le directeur du salon, Lionel Turgeon, pour le travail accompli au fil des ans et l’effort soutenu lors de l’incendie et la période de reconstruction.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.