Publicité
20 janvier 2017 - 04:00

Asbestos

L’abattage débutera cette semaine chez Canard du Lac Brome

Par Sophie Marais, Journaliste

Asbestos – C’est avec quelques mois d’avance que les premiers canards seront abattus à Asbestos, dans les toutes nouvelles installations de Canards du Lac Brome.

«Depuis le plus récent incendie à nos autres installations, nous devons faire abattre les bêtes aux États-Unis. Au Québec, il n’y a pas d’abattoir qui puisse faire du canard sans endommager la peau de l’animal. C’est donc un bon point pour nous de commencer l’abattage ici plus rapidement», a déclaré Mario Côté, propriétaire de l’entreprise.

C’est une centaine d’employés qui devraient être à l’œuvre d’ici la fin de la semaine.

Questionné sur la plus récente crise de grippe aviaire en Europe ayant forcé l’abattage de milliers de canards, M. Côté avoue que c’est triste, mais que celle-ci pourrait bien tourner à son avantage. Actuellement, l’entreprise exporte principalement au Japon et au Mexique et aspire à obtenir l’accréditation européenne.

«Nous sommes le leader de la qualité mondiale, c’est mon interprétation», a ajouté en souriant M. Côté. En effet, avec une des usines d’abattage de ce type de volaille des plus modernes dans le monde, le propriétaire voit grand pour l’avenir. Rappelons qu’à long terme, M. Côté prévoit abattre quelque 5 à 6 millions de canards par année dans ses installations asbestriennes, pouvant ainsi créer quelque 150 emplois.

Les canards sont élevés dans une trentaine de fermes un peu partout en Estrie, dont une dizaine dans la MRC des Sources. Les cannes pondent en moyenne un œuf par jour qui sera mis au couvoir. Une fois éclot, le poussin prend des forces une journée ou deux avant d’être transféré vers une autre ferme. Il sera ensuite envoyé à l’abattoir au bout de 42 jours.

«Nous avons un système qui respecte le bien-être animal. Nous sommes les premiers en Amérique du Nord à utiliser ce concept», a précisé M. Côté.

Ainsi, depuis 10 ans, le marché a évolué beaucoup, la consommation de canards dans la population en général a augmenté de quelque 30 %. Le 70 % restant est destiné à des clientèles cibles, comme les asiatiques par exemple, qui consomment beaucoup de canards.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.