Publicité
9 novembre 2016 - 04:01

Un médicament typiquement Québécois sera fabriqué à Asbestos

Toutes les réactions 1

Asbestos – Après deux ans d’attente, l’entreprise de services biopharmaceutique KABS annonce la production du médicament MDK-Nitisinone, conçu pour traiter la tyrosinémie héréditaire de type 1, dans son usine d’Asbestos dès le mois d’août prochain.

MendeliKABS est né de l’association entre la société pharmaceutique Mendelia et les Laboratoires KABS.

La société pharmaceutique MendeliKABS a annoncé avoir reçu le certificat de conformité du médicament de la part de Santé Canada, devenant ainsi le seul produit approuvé au Canada.

C’est en 2012 que KABS achète un premier bâtiment à Asbestos, dans le but d’en faire un lieu pour diversifier ses opérations effectuées à St-Hubert.

«Tout fonctionne comme prévu. Nous en sommes au 2/3 du projet et nous espérons bien faire notre ouverture officielle et réglementaire, c’est-à-dire après avoir passé l’audit de Santé Canada», a précisé le président de KABS, Jean-Simon Blais.

Rappelons qu’en 2014, KABS annonçait son installation à Asbestos et par la même occasion l’aide reçue de l’ordre de 2 147 500 $ par le biais du Fonds de diversification économique de la MRC des Sources.

Deux ans plus tard, l’entreprise a acquis d’autres bâtiments qu’elles souhaitent aménager en conséquence de la production.

«Nous construisons une usine à la fine pointe de la réglementation exigée dans le domaine. Nous pourrons alors mettre nos efforts à la fabrication de médicament», ajoute M. Blais, expliquant les différentes exigences d’un tel bâtiment.

L’usine est composée de différentes unités de production d’un peu plus de 1000 pi2, à pression contrôlée de l’air, faits de matériaux non poreux, tout cela pour éviter toute potentielle contamination lors de la fabrication.

«Le système de climatisation et d’aération est le cœur, le poumon de cette usine. L’air est filtré et décontaminé régulièrement», ajoute M. Blais.

Si tout va comme prévu, d’autres modules seront éventuellement construits pour rejoindre l’ancienne école Saint-Jean, bâtiment aussi acheté par l’entreprise.

La tyrosinémie héréditaire affecte une personne sur 200 000 dans le monde, mais affiche toutefois une fréquence plus élevée au Québec où environ une centaine d’individus en sont affectés.

«Aujourd’hui, MendeliKABS se dédie au traitement de maladies rares et au développement de médicament pour soigner ses maladies», a expliqué le Dr Bruno Maranda, président de l’entreprise.

La maladie

Beaucoup de gens sont malheureusement affectés au Québec. Autrefois, le seul remède à cette maladie était la greffe du foie. Puis, en 1991, le Nitisinone devient accessible par le biais du programme d’accès spécial de Santé Canada. Depuis son introduction, ce traitement remplace la greffe du foie en tant que traitement de première ligne pour cette maladie rare.

«Avec un médicament fabriqué et homologué au Québec, les coûts liés à son achat devraient diminuer de beaucoup et permettre au ministère de la Santé de faire des économies substantielles», a ajouté M. Maranda. Mondialement, le marché de ce médicament se situe entre 150 M$ et 200 M$ annuellement. Le ministère de la Santé verse approximativement 1 M$ par mois à la pharmaceutique SOBI de Suède, seul joueur qui offrait le médicament. Et MendalKABS n’a pas l’intention d’en rester là. Elle travaille déjà pour desservir l’Europe et éventuellement les États-Unis, l’Asie et l’Amérique du Sud.

Sophie Marais smarais@actualites-letincelle.com

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • bravo !a toute l'equipe.bonne nouvelle positive. francine,magog

    francine jeanson - 2016-11-09 05:43