Publicité
9 juillet 2018 - 04:00

Une murale qui attire l’attention sur la deuxième avenue

Par Ralph Côté, Journaliste

Windsor (RC) – Incrusté au sol en bordure de la 2e avenue, le mur de soutien gris pâle avait jusque-là l’avantage de protéger l’extrémité du terrain escarpé, situé à la hauteur de la cour de l’école Saint-Philippe. Heureuse de pouvoir créer une murale à partir de trois couleurs dominantes, la résidante de Saint-Denis-de-Brompton, Jessica Chabot, installait ses rouleaux et accessoires au début de l’avant-midi du mercredi 20 juin.

Native de Sherbrooke où elle a grandi, son parcours a débuté dès son jeune âge, expérimentant l’art, se guidant dans son évolution et son style artistique.

«J’ai commencé par le dessin et la peinture pour ensuite m’inscrire au Cégep de Sherbrooke en Arts visuels. J’ai pu expérimenter plusieurs médiums, ce qui m’a permis de connaître ce qui me plaisait réellement au travers de ma recherche d’identité artistique. Ensuite, j’ai peaufiné mon style en allant chercher une nouvelle corde à mon arc, l’infographie, en volet plus graphique et fort complémentaire au reste de mon expérience. Grâce à cet ajout, je travaille un aspect plus technique dans mes créations. Je suis graphiste, illustratrice et muraliste. Je combine ces trois volets à mon compte», précise l’artiste.

Signature et mode de vie

Pour ce qu’elle a débuté récemment, sa première murale a été celle de la rue Albert dans le centre-ville de Sherbrooke, il y a trois ans. Ne pouvant se greffer pour un symposium, c’est le propriétaire du O’Chevreuil qui lui a permis de réaliser sa première murale. «Aujourd’hui, ma signature est inspirée par mon mode de vie; la santé, la nature et la spiritualité. On retrouve souvent une explosion de traits qui créent beaucoup de textures, de personnages féminins sacrés et spirituels. Ils sont souvent illustrés dans un environnement naturel, composé de motifs organiques tel que des feuillages, en symbiose avec ceux-ci.»

La première étape de la murale qui s’est achevée quelques jours après la Fête nationale a suscité la curiosité et l’intérêt des piétons et des véhicules. Les teintes joyeuses et éclairées de jaune, de vert et bleu ont sonné l’arrivée de l’été. C’est au départ que le conseiller municipal, Gaétan Graveline, et le directeur des Loisirs, David Lacoste, ont aussitôt donné le feu des trois couleurs. D’ailleurs, tous d’eux étaient au fait du cheminement de Jessica Chabot et du même coup des arts sherbrookois. Quant à l’environnement, les Travaux publics ont assuré la sécurité avec des dos d’âne et des cônes de signalisation.

L’artiste, qui a profité d’une collègue à certains moments, devrait passer la deuxième étape d’ici peu, cette fois en solo selon la température. De trois à cinq semaines ou plus son l’agenda avec des teintes additionnelles.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.