Publicité
1 juillet 2017 - 04:00

Richmond, unique ville du patrimoine ardoisier

Par Ralph Côté, Journaliste

Richmond (RC) – En présence de plusieurs invités provenant principalement de la région de Richmond, le président du conseil d’administration du Centre d’interprétation de l’ardoise, Pierre Bail, a présenté la nouvelle vision de l’organisme à l’aube de sa 26e saison. Jusqu’à maintenant, le Centre d’interprétation faisait la promotion du patrimoine ardoisier à partir de son espace muséal situé sur la rue Belmont. L’endroit demeure le point central duquel s’élargit maintenant l’horizon lié à un héritage désigné par le thème Richmond, unique ville du patrimoine ardoisier.

En présence de Lorraine Denis, directrice du Centre, M. Bail a démontré l’assemblage exceptionnel d’élément du patrimoine ardoisier. « C’est à Richmond qu’est localisé le seul musée sur l’ardoise, où il est possible de voir des dizaines de bâtisses à toitures d’ardoise, dont quatre églises recouvertes de cette roche schisteuse. Pensons à la campagne des alentours où s’additionnent d’autres toits provenant de la mine de Kingsbury à laquelle s’ajoutent celles de la New-Rockland et de la Melbourne nées de la ruée vers l’ardoise du 19e siècle », soutien le président, concluant qu’il existe un véritable pays de l’ardoise.

De nouveaux partenaires

Pour arriver à soutenir cette nouvelle vision, le musée a eu besoin de nouveaux partenaires financiers et a donc mis à profit un programme du ministère de la Culture et des Communications, Concertation et innovation. Le concept Richmond, unique ville du patrimoine ardoisier s’est rapidement établi avec la Ville de Richmond, le Ministère et la MRC du Val-Saint-François au niveau du financement. Des municipalités ont aussi appuyé par résolution des volets de la nouvelle programmation. Par ailleurs, plusieurs organismes culturels du pays de l’ardoise collaborent à l’animation de la thématique, dont le Centre d’art, Héritage Val-Saint-François, la Société d’histoire du comté de Richmond et des fabriques des églises basés principalement à Richmond.

Le maire Marc-André Martel a salué ces initiatives mettant spécifiquement en valeur la ville de Richmond. « C’est pour nous tous une merveilleuse opportunité, mais je tiens à mentionner que la région de Richmond englobe des municipalités qui n’ont pas l’avantage d’une telle visibilité. Je comprends l’importance de cette nouvelle vision et je souhaite qu’elle profite aux organismes et artistes de notre région.

Quatre circuits

Pour découvrir Richmond, unique ville du patrimoine ardoisier, les responsables du Centre ont compris qu’il fallait déborder des murs de son musée. De là est née l’idée de quatre circuits de découvertes avec guides, dont trois en minibus. Le premier illustre l’histoire et le patrimoine bâti de Richmond ; le second se penche sur le patrimoine religieux exceptionnel ; le troisième retient les éléments décoratifs.

En collaboration avec le Parc nautique, le dernier circuit se fait en kayak. À partir de la rivière Saint-François, voie ancestrale de circulation des Abénakis, le patrimoine paysager de Richmond et du secteur Melbourne est abordé différemment.

Expositions et lectures-théâtres s’additionneront à partir du mois de juillet.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.