Publicité
4 janvier 2017 - 04:00

Revivre la naissance d’une nouvelle profession

Asbestos – La denturologie voit le jour légalement au Québec en 1973, et ce après bien des batailles. Denis Provencher, denturologiste retraité, a eu l’idée de retracer historiquement et politiquement les événements qui ont mené à la naissance de la profession.

Pendant 35 ans, M. Provencher a pratiqué ce métier. Administrateur de l’ordre des denturologistes du Québec pendant 25 ans, dont 10 ans comme président, il a toujours été passionné par la profession. Aujourd’hui, l’ordre compte tout près de 1000 membres.

«Ce sont les techniciens dentaires qui ont commencé à fabriquer les prothèses, ils étaient mal payés par les dentistes. En 1973, 70 % des prothèses faites au Québec étaient illégales », explique-t-il d’emblée.

Après avoir fait deux ans d’étude en génie, l’oncle de M. Provencher, Yvon Goudreault, réussi à piquer sa curiosité et à faire qu’il s’inscrit dans ce programme. «Lors de la formation, alors que les dentistes vont avoir une formation sur les prothèses pendant 100 ou 200 heures, les denturologistes s’y attardent pendant 1000 heures », ajoute le denturologiste.

Maintenant à la retraite, et afin d’éviter que l’histoire de la profession reste dans l’ombre, il a proposé l’idée d’écrire un livre à ce sujet à son organisation professionnelle. Une fois l’acceptation reçue, M. Provencher a pu amorcer ses recherches.

«Saviez-vous que le mot denturologiste n’existait pas, c’est avec un avocat d’Asbestos que le mot a vu le jour. Et c’est lors de la réforme des professions lors de la commission Castonguay que la profession a été reconnue en 1973», relate l’homme.

Processus d’écriture

Pour écrire ce livre, M. Provencher a fait de nombreuses recherches historiques en bibliothèque, mais il avait aussi en sa possession de nombreux documents d’Yvon Goudreault, décédé il y a 2 ans. Et même s’il avait carte blanche de la part de son ordre professionnel, il n’avait jamais écrit de livre. « La sélection de l’information a été longue. J’ai fait deux ans et demi de recherche. Le livre présente l’histoire de la prothèse dentaire de ces tous débuts, prothèses en os ou en bois, 1973. On y retrouve aussi l’histoire juridique de la profession», détaille M. Provencher.

Le livre est construit chronologiquement, sur 10 ans. Il a tenté de rendre le tout dynamique et intéressant pour le lecteur.

Et parce qu’écrire un livre, c’est une expérience de vie, Denis Provencher a bien apprécié cette aventure, mais il avoue que les trois derniers mois ont été trop intenses. L’aspect technique de la rédaction d’un livre s’est avéré plus difficile, mais il y est parvenu.

Le Livre est actuellement disponible en bibliothèque ou par le biais de l’ordre des denturologistes.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.