Publicité
31 octobre 2008 - 09:24

Un passage apprécié de l’auteur Denis Monette à Windsor

Windsor (RC) – Plusieurs attendaient sa venue à la Bibliothèque municipale de Windsor prévue à la fin d’octobre et tous n’ont pas été déçus. Auteur de plus d’une dizaine de romans et d’ouvrages qui ont rejoint un large public francophone depuis le début des années 1990, Denis a partagé avec générosité son bagage d’écrits et de vécu.
« Je me souviens d’être venu dans la région, il y a plusieurs années. On me disait qu’ici, c’était « Windsor Mills ». J’ai gardé cela en tête car la désignation du moulin m’avait permis de différencier pour de bon le Windsor du Québec et celui de l’Ontario », c’est rappelé Denis Monette peu avant le début de la rencontre alors qu’il s’entretenait avec conseillère municipale Sylvie Bureau et la bibliothécaire responsable, Marie-Pascale Morin.
De nombreuses lectrices et lecteurs étaient donc au rendez-vous le 16 octobre dernier, quelques-uns tenant en main l’un des romans de l’auteur, dont son dernier, « M et Mme Jean Baptiste Rouet », publié aux Éditions Logiques. Mais M. Monette n’était pas là pour parler essentiellement de son dernier-né paru au mois de septembre, mais plutôt de tout ce qui a été publié au fil des ans, au point d’être actuellement l’un des romanciers les plus lus au Québec avec pas moins d’un demi-milion d’exemplaires vendus.
« Je suis ici pour parler de mes livres avec vous. Posez-moi toutes les questions que vous voulez et je me ferai un plaisir d’y répondre. C’est le genre de partage que je souhaite car chacun des romans représente une période particulière et de beaux souvenirs. C’est pour moi un privilège de pouvoir vivre de l’écriture et de m’adresser à vous tous qui appréciés ces personnages et ces histoires autant que moi », affirmait Denis Monette dès le début de la rencontre.
Cette volonté de partage n’a pas tardé à favoriser les échanges. « Ce fut un beau moment pour nous tous et j’ai rarement vu une rencontre du genre entre un auteur et son public. Les gens ont posé beaucoup de questions très variées, autant sur la démarche d’écriture, le deuil à faire quand un manuscrit est achevé que sur les nombreux romans de M. Monette, qui a lui aussi beaucoup apprécié la soirée », relate Marie-Pascale Morin.
Il faut dire que le parcours de Denis Monette a de quoi nourrir les questions et les propos. Né à Montréal en 1936, il peaufine son bagage académique au Collège André-Grasset dans les domaines de la philosophie, la psychologie et la linguistique. Au plan professionnel, c’est au sein de Québecmag qu’il émerge à partir de 1977 via le magazine Le Lundi dont la popularité est grandissante. Après avoir signé des billets et éditoriaux pour cette parution hebdomadaire, il occupera les fonctions de directeur général et vice-président de Québecmag. Sa visibilité sera également accrue par son travail de journaliste à Los Angeles, là où il mène des interviews avec des centaines de vedettes internationales pour le compte de publications aujourd’hui rattachées pour la plupart à Quebecor Médias. C’est à partir de 1985 que paraît le premier des trois tomes qui réunissent ses billets hebdomadaires parus dans Le Lundi. En 1989, il quitte le journalisme et la direction du magazine pour l’écriture de son premier roman, « Adèle et Amélie », qui remporte un bon succès. Après la publication d’un récit qui retient aussi l’attention, c’est son second roman, « Les Bouquets de noces », qui le propulsera au sommet des ventes. Une dizaine d’ouvrages suivront, dont une trilogie et son dernier-né paru aux Éditions Logiques.
Il est à noter que la venue de Denis Monette a été rendue possible grâce au soutien de la Ville de Windsor et de Caisse populaire Desjardins de Windsor.


 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.