Publicité
24 août 2016 - 05:13

Les familles D’Orvault

Plusieurs familles sont encore identifiées aujourd’hui sous des mutations nominatives populaires. Au 19e siècle, la population du Québec commençait à peine à apprendre à lire et à écrire. On écrivait surtout au son. Comme la prononciation des uns et des autres pouvait varier selon les accents régionaux et que les mieux instruits n’avaient pas toutes les connaissances nécessaires des autres domaines de la science, l’orthographe des noms de famille a subi les contrecoups de ces lacunes. Certains noms ont été contractés, d’autres ont été allongés comme Renaud devenu Arnaud, Romain devenu Ormain puis Armand, Michel devenu Michaud, Julie devenue Juliette (petite Julie), Suzanne (sous Anne, la suivante de Anne), Arseno (pour arsenal) devenu Arseneault, etc.

Les noms de familles pour la plupart sont le fruit de l’imagination populaire. Avec l’accroissement de la population, il y a eu l’accroissement des homonymes et la nécessité de distinguer et d’identifier correctement chaque personne. On a partagé les homonymes selon une foule de distinctions personnelles. Deux Daniel dans le même petit village sont devenus Daniel Lebrun (à la chevelure brune) et Daniel Charpentier (son métier). Paul Duruisseau et Paul Durocher (identifiés par le lieu géographique habité). Pierre De Richmond et Pierre De Windsor (identifiés par le lieu d’origine ou par le lieu habité). Et tranquillement, la descendance s’est identifiée elle aussi avec les surnoms des parents pour s’identifier et se distinguer de la même façon. C’est ainsi que sont apparus les nombreux noms de famille que nous connaissons aujourd’hui.

Orvault est une petite ville de la Loire-Atlantique d’où sont venus plusieurs de nos ancêtres québécois. L’ancêtre François Darveau portait le surnom de L’Angoumois, aujourd’hui département de la Charente. Il était originaire d’Angoulème, la capitale, et il était le fils de Jean Dervault et de Simone Labory. Il s’est marié en première noce par contrat le 9 septembre 1691 à L’Ancienne-Lorette, avec Marie Content. Et en deuxième noce, à Charlesbourg, le 7 novembre 1712, à la veuve Auvray, Marie-Catherine Mezeray. Ses fils Jean-Baptiste et Charles-François, du premier mariage, ont assuré sa descendance au Québec. Ces familles étaient toutes établies près de la ville de Québec.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.