Publicité
12 janvier 2016 - 08:46

La naissance du cinéaste Mack Sennett à Danville est un mythe

Une recherche documentaire sur les familles d’origine irlandaises du comté de Richmond

Par Jacques Blaquière assisté d’Alain Fortier, généalogiste à Richmond

 

Dans son autobiographie publiée en 1954 intitulée King of Comedy, à la page 14, le cinéaste Mack Sennett écrit : I was born in Richmond, province of Quebec, on St. Anthony’s Day, January 17, 1880. Un peu plus loin, Mack Sennett ajoute : My father’s name was John Francis Sinnott and my mother, before her marriage, was Catherine Foy. My real name is Michael Sinnott.

En effet, le registre de la paroisse S.Bibiane de Richmond de l’année 1880 confirme bien la naissance de Mack Sennett à Richmond où son père John Francis Sinnott exerce la profession de journalier (charpentier). Puis lors du recensement du Canada de 1881, la famille de John Francis Sinnott réside à Melbourne. On y trouve John Francis Sinnott, 29 ans, fermier, sa femme Catherine Foy, 31 ans, et leur fils Michael Sinnott (Mack Sennett), un an.

En 1880, le registre de la paroisse S.Anne de Danville est ouvert depuis 14 ans. Lors du recensement du Canada de 1891, toute la famille de Mack Sennett est au Lac-Mégantic. Son père, John Francis Sinnott, 39 ans, hôtelier, ainsi que sa mère Catherine Foy, 40 ans, et quatre enfants vivants : Michael Sinnott (Mack Sennett), 11 ans, ses frères John et Georges et sa sœur Ellen Sinnott. Le cinquième enfant de la famille est mort-né à Richmond en 1886 avant le départ de la famille pour Mégantic.

John Francis Sinnott a épousé Catherine Foy dans la paroisse S.Patrice de Tingwick le 24 février 1879. La prétendue maison paternelle à Danville était celle de l’ancêtre et aïeul de Mack Sennett, son grand-père Michael Sinnott. Ce dernier est né en 1833 dans le comté de Waxford en Irlande et il s’est installé avec d’autres familles irlandaises à Tingwick avec les premiers colons de la paroisse S.Patrice en 1856 alors que la limite territoriale entre Tingwick et Danville n’était pas encore déterminée, ce qui pourrait expliquer que la maison ancestrale se soit retrouvée à Danville plutôt qu’à Tingwick. Danville ouvrira ses registres dix ans après Tingwick en 1866.

Grand-père Michael Sinnott est également décédé à Tingwick en 1907 et sera inhumé au cimetière catholique de Danville. C’est également à Tingwick que John Francis Sinnott, père de Mack Sennett, est né le 17 mai 1852. John Francis Sinnott fut hôtelier à Richmond de 1880 jusqu’à la naissance d’un enfant mort-né en 1886. Puis toute la famille a déménagé à Mégantic où John Francis Sinnott a encore exercé sa profession d’hôtelier. Il construisait aussi des charpentes de maison et fut un charpentier hors pair selon Mack Sennett dans sa biographie. La famille de John Francis Sinnott émigrera à East Berlin dans le Connecticut en 1897 où elle a résidé un an puis s’établira finalement à Northampton Massachusetts alors que Mack Sennett est âgé de 18 ans et n’a pas encore commencé sa carrière au cinéma. La résidence de Northampton est confirmée par une déclaration notariée de Catherine Foy lors du décès de son mari John Francis Sinnott.

Mack Sennett a probablement visité son grand-père Michael Sinnott à Danville à un moment donné de sa vie avant ses 27 ans. Son grand-père Michael Sinnott ne vivait plus en 1907 et sa grand-mère est morte bien avant 1866. Selon sa biographie, Mack Sennett avait manifestement une préférence pour sa parenté maternelle Foy à Tingwick où son oncle Michael Foy tenait une ferme. Mack Sennett se disait garçon de ferme dans sa jeunesse et il raconte qu’il admirait les tours de force de son oncle à Tingwick. Le célèbre cinéaste Mack Sennett n’a jamais résidé à Danville et sa naissance à cet endroit ne restera toujours qu’un simple mythe.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.