Windsor (RC) – À un jour du début de l’été, le 20 juin 2018 marquait l’anniversaire de Sarah-Eve Fontaine, décédée à cette même date, le 20 juin 2016. Au fil des ans, la jeune fille devenue femme a été un exemple de persévérance et de défis pour de nombreuses personnes, jeunes et adultes, tout autant que ses parents, ses proches et amis(e) s qui l’on supporté. Suite à son décès, sa mémoire s’est perpétuée, notamment au Tournesol où les robes et la beauté des choses ont finalement rappelé la course du temps jusqu’à ce qu’un conseiller municipal invente un espace dédié à MmeSarah-Ève et à sa communauté.

C’est donc le 20 juin que la famille de la jeune femme et la Ville de Windsor ont inauguré un espace public en son nom: L’Espace Sarah-Eve-Fontaine. Quant au concept, c’est l’un des conseillers municipaux de la Ville, Gaétan Graveline, qui a généré le projet. Graduellement, vers l’automne2017, l’ouvrage a laissé entrevoir le sol et les poteaux jusqu’à ce que 2018 réserve ses étapes avec l’appui des Travaux publics et de son directeur, Jean Landry, ainsi que les employés qui ont apprécié de participer au projet.

«Sarah-Eve a marqué sa communauté par sa soif de vivre, mais au-delà de la maladie, elle était très impliquée dans sa communauté. À travers les années, elle a participé à des projets au Centre d’action bénévole, à CIAX et au Tournesol, en plus de ramasser des fonds pour Opérations Enfant Soleil. Elle a marqué sa collectivité, elle demeura parmi nous avec cet espace en son nom», a énoncé la mairesse Sylvie Bureau.

S’approprier l’Espace

Le nouvel Espace Sarah-Eve-Fontaine, situé en plein cœur de Windsor, sur la rue St-Georges, sera un endroit en mouvement où la collectivité, les volets communautaire et vivant seront mis à l’honneur. Des panneaux d’exposition, des bancs, des jardins collectifs de fines herbes, différents plants, fleurs et arbres ont été aménagés et permettent de bien profiter du lieu.

«Nous voulons que la population s’approprie l’Espace, ainsi nous pourrons y exposer des photos, des concours de dessins ou même des bricolages scolaires. Sarah-Ève faisait partie intégrante de son milieu; nous voulons que l’endroit reflète ces implications, a expliqué Gaétan Graveline, s’adressant aux proches et personnes lors de l’inauguration. En plus, les éléments organiques rappellent l’essence même de la vie. En admirant les œuvres issus de la collectivité, les gens pourront venir collecter des fines herbes, des petits fruits et les fleurs comestibles.» Entourée de ses proches, Annie Lussier, mère de Sarah-Ève, souhaitait que cet espace soit consacré à des projets issus de la communauté. «Gaétan, les employés des Travaux publics et autres appuis ont été en mesure d’atteindre la réussite que nous souhaitons, autant dans ses bacs que dans ses expositions, c’est merveilleux. Malgré sa maladie et ses nombreux soins, Sarah-Ève préférait souvent penser aux autres. Un tel endroit reflète sa personnalité.»