Publicité
4 mai 2017 - 04:00

St-Denis de Brompton

Caroline Custeau, Ensaf Haidar et la volonté de l’engagement

Par Ralph Côté, Journaliste

Saint-Denis (RC) – Organisée par le Comité culturel de Saint-Denis-de-Brompton, la dernière Belle Rencontre du printemps propose de rencontrer Caroline Custeau, une femme d’implication et de persévérance qui sera présente le dimanche 7 mai, de 14 h à 16 h, au Centre communautaire Antonio Rhéaume. Citoyenne et maman engagée à la défense des droits et libertés, elle s’implique pour la cause de Raif Badawi. Son épouse Ensaf Haidar sera présente à la rencontre avec ses enfants.

Native d’Omerville et citoyenne de Saint-Denis-de-Brompton depuis 10 ans, Caroline Custeau a toujours été interpellée par les questions de justice, de droits humains et d’environnement. Déjà dans la cour de son école primaire, elle s’insurge devant l’injustice. Au secondaire, elle devient membre du club de solidarité Jeunes du monde. C’est alors qu’elle prend conscience que chaque petit geste peut avoir un impact positif et que le pouvoir citoyen existe bel et bien... pour qui veut l’exercer!

Au début de sa vie d’adulte, la soif de découvrir le monde et ses habitants l’entraîne dans un stage puis un échange interculturel en Amérique latine. Un vrai coup de foudre! Elle est ensuite bénévole pendant 7 ans pour un organisme d’accueil des personnes immigrantes ou réfugiées, le SANC (Service d’aide aux Néo-Canadiens).

Après un baccalauréat en Études hispaniques à l’Université de Montréal, Mme Custeau œuvre pendant 8 ans pour deux organismes de solidarité internationale. C’est dans ce contexte qu’elle forme et accompagne des groupes de jeunes adultes dans leur première expérience de solidarité, plus particulièrement au Pérou.

Depuis presque neuf ans, Caroline agit comme agente d’intégration au programme de francisation du Cégep de Sherbrooke. Elle y côtoie au quotidien des nouveaux arrivants qui la bouleversent par leurs histoires, mais qui l’émerveillent par leur force intérieure, leur courage et leur résilience. C’est ainsi que Caroline rencontre Ensaf Haidar, l’épouse de Raif Badawi.

L’urgence d’agir

Comprenant l’ampleur du drame que vivait cette femme, la Saint-Denisienne a senti l’urgence d’agir. Elle contacte les médias, signe des pétitions et alerte le plus de gens possible à cette situation inhumaine. Depuis novembre 2014, elle participe aux vigiles organisées semaine après semaine à l’Hôtel de Ville de Sherbrooke. Amateur de photographie, elle agit à titre de photographe afin de consigner ces rencontres hebdomadaires. Le 14 avril a eu lieu la 120e vigile pour Raif Badawi.

Caroline Custeau et ses amis ne sont pas seuls à agir pour la cause de M. Badawi. À Vienne, à Stockholm et dans plusieurs grandes villes, des gens se rencontrent une fois par semaine ou par mois pour exiger la libération de cet homme. Ils forment une grande chaîne humaine autour d’Ensaf, de Raif et de leurs trois enfants dans l’espoir qu’ensemble, ils seront plus forts que la peur...

Du café, thé et biscuits seront offerts à compter de 13 h 30. Le centre communautaire est situé au 1485, route 222.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.