Publicité
8 décembre 2010 - 15:18

10 ans après la fermeture de Chaussures H.H. Brown Richmond a été en mesure de récupérer tous les emplois perdus

Toutes les réactions 1

Richmond (GM) - Il y a près de 10 ans la région de Richmond était touchée par l’une de ses plus importantes mises à pied de son histoire, affectant plus de 320 travailleurs. Établie dans le parc industriel de Richmond depuis les années 50, la compagnie Chaussures H.H. Brown annonçait la fin de ses opérations.

10 ans plus tard en 2010, la Ville de Richmond a été en mesure de récupérer tous les emplois perdus et a surtout,réussi à diversifier son tissu industriel la rendant ainsi moins vulnérable aux soubresauts de l’économie mondiale.

«  On a réussi durant cette période à modifier considérablement l’image de la Ville grâce à la présence du chemin de fer sur notre territoire et avec l’implantation de la gare intermodale, qui tous deux, se sont avérés la pierre angulaire de tout le développement économique qui s’en est suivi, a déclaré le directeur du comité de promotion industrielle de la zone de Richmond, Martin Lafleur lors du dernier souper de la Chambre de commerce et d’industrie de la région de Richmond.

On a rien inventé, on n’a juste profité de ce que nous avions en place et avec un peu de moyens, nous avons été en mesure de nous sortir de cette période difficile tout en diversifiant le tissu industriel de la Ville qui pendant plusieurs décennies, était principalement constitué d’entreprises spécialisées dans le textile et la chaussure. On a profité de l’occasion pour embarquer dans l’économie des années 2000 », a-t-il expliqué devant un auditoire attentif de plus de 65 personnes.

La fermeture de Chaussures H.H. Brown qui n’avait pas été prévue mais qui paraissait inévitable depuis la fin des années 1990 en raison de l’émergence de l’économie asiatique dans le monde, a donc mobilisé les autorités municipales de la Ville de Richmond. Devant cette situation difficile, les élus décident alors de doter la Ville d’une structure permanente au niveau de la prospection industrielle, qui se traduira par l’embauche d’un commissaire industriel en la personne de Martin Lafleur qui jusque là, agissait à titre de directeur-général de la Ville.

« Il fallait réagir et le conseil s’est mis à la tâche sans attendre le gouvernement. Il fallait trouver du travail pour la main-d’œuvre de Chaussures H. H. Brown, dont les travailleurs et travailleuses avaient en moyenne 41 ans et comptaient 22 ans d’ancienneté. Il fallait aussi trouver quelque chose pour remplir 160 000 pieds carrés de surface et dont la Ville était en majorité propriétaire des locaux, a expliqué M. Lafleur.

Il fallait aussi changer la mentalité de plusieurs résidents qui n’avaient pas une culture de train n’ayant pas connu les belles années du chemin de fer à Richmond et cela ne s’est pas fait sans heurts et grincements de dents. On a donc misé sur les atouts que possédaient la Ville dont la présence du chemin de fer pour diversifier l’économie et développer des créneaux de la nouvelle économie.  La première grande réalisation, la gare intermodale, a vu le jour grâce à une subvention du programme d’infrastructure Canada-Québec »,at-il expliqué.

Entreprises
Parmi les nouvelles entreprises qui se sont établies dans le parc industriel, on a vu le fabricant de guitare Guitabec, Codet et Logimag, qui sera repris par la suite par le Groupe Gaston Côté, qui lui ne cesse d’agrandir depuis son arrivée à Richmond. Par la suite se grefferont les entreprises suivantes : Résistoseal, Solar Pro, Techniflamme, Pratiko qui est venu remplacer Composites Hightech.

Entretemps, un investissement privé de plusieurs millions de dollars voit le jour près du centre-ville, soit le Maxi et le comité de promotion industrielle  travaille également à la réalisation de d’autres projets, tel que la Clinique médicale qui s’installe sur la rue Gouin, la Halte-routière qui a ouvert ses portes l’été dernier près de la 55, le Café banc de Marguerite, le Parc nautique, le Musée de l’auto et organise le Festival de l’auto ancienne,
On a aussi créé le parc urbain au centre-ville, le cinéma jeunesse à l’école Régionale. Bref plein de projets on vu le jour depuis la fermeture de H.H. Brown tant au point de vue économie, que commercial, touristique et dans l’industrie des services.
M. Lafleur a aussi tenu à souligner avec justesse d’ailleurs, que déjà des entreprises étaient en place lors de la fermeture de la compagnie de chaussures et celles-ci ont joué un rôle important en offrant de la stabilité au niveau de l’emploi, pendant que le comité et la Ville d’affairaient à trouver des solutions de remplacement à la suite de la fermeture de H.H. Brown.
Parmi ces entreprises qui étaient en place et qui continuent a jouer un rôle important dans l’économie de Richmond, on retrouve Camoplast division Lasalle et Camoplast division Mode devenu par la suite Innotex, Plastique M.P. Usinatech, Trudo ainsi que Produits Hévéa et Thermo 2000, ces deux dernières ayant pris aussi de l’expansion contribuant ainsi à réduire la pression créée par la fermeture de l’entreprise de chaussures et des autres reliées au textile.

Bilan
Depuis 10 ans, le Comité de promotion industrielle de la zone de Richmond a donc réussi à créer 420 emplois et réalisés plus de 38 millions $ en investissements, lesquels ont favorisé la création de 29 nouvelles entreprises. De ce lot, cinq ont fermé leurs portes en cours de route (perte de 70 emplois).

Depuis le début des années 2000, Martin Lafleur a multiplié les efforts et abaissé les barrières pour faire de Richmond un pôle industriel important et dynamique dans la MRC du Val- Saint-François. Il agissait à titre de conférencier-invité au dernier souper de la Chambre de commerce et d’industrie de la région de Richmond et il pose en compagnie de Brendalee Piironen directrice des opérations du Foyer Wales et Guillaume Lyrette, président de la Chambre de commerce et d’industrie.

 

 

 


 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • MAxgvX ltchbnmumcie, [url=http://hpxqbhpxionn.com/]hpxqbhpxionn[/url], [link=http://wwcwahxlqauv.com/]wwcwahxlqauv[/link], http://kikkjxuywyeu.com/

    FXxldIWLtBMcRS - 2010-12-22 06:44