Publicité
27 avril 2010 - 15:02

Acquise par un groupe de Richmond. La tradition se perpétue pour Bulls’Head

Richmond (GM) – Menacée de disparaître après plus de 115 ans d’existence, la compagnie de boissons gazeuses, Bull’s Head reprend vie grâce à l’acquisition réalisée en novembre dernier par un groupe formé des frères Dominic et Carl Pearson de Richmond ainsi que leur copain Charles Martel de la région sherbrookoise.

Cette nouvelle entité a en effet procédé à l’achat de la vénérable entreprise originaire des Cantons de l’Est qui, jusqu’à il y a quelques mois appartenait aux frères Husk de Drummondville.

« La compagnie avait cessé ses opérations de production au début de l’été dernier à la suite de la perte d’un important contrat de distribution avec Loblaws et c’est alors que nous avons approché les frères Husk pour connaître leurs intentions, a déclaré Dominic Pearson. Nous savions qu’il y avait quelques acheteurs sur les rangs et finalement nous avons été en mesure de nous entendre sur un prix d’achat. La transaction s’est finalement réglée au mois de novembre dernier et nous sommes fiers d’avoir réussi car notre objectif est de maintenir en circulation ce produit originaire de l’Estrie », a-t-il dit.

Réalistes, les membres du trio sont conscients qu’il sera difficile de faire prospérer une petite compagnie dans le marché de la boisson gazeuse, un secteur dominé outrageusement par les grosses entreprises multinationales comme Coke et Pepsi. Leur objectif est de consolider l’entreprise et de perpétuer la réputation d’une boisson qui est bien connue dans la région et qui possède déjà ses adeptes.

« Nous avons tous conservé notre emploi et l’achat de cette compagnie se veut plus un passe-temps, bien que nous allons y mettre beaucoup d’efforts en se divisant les tâches afin qu’elle ne meurt pas et puisse continuer à opérer, a déclaré Dominic Pearson. Il s’agit d’une boisson au goût unique et nous opérons dans un marché différent. Sa bonne réputation n’est plus à faire, surtout auprès de la communauté anglophone et on veut donc continuer la tradition du Bull’s Head en Estrie et peut être l’exporter à l’extérieur de la région un jour », a-t-il ajouté.

Un peu d’histoire
Le siège social de cette compagnie revient donc à Richmond après qu’elle fut relancée par le vétérinaire Peter O’Donnell et ses fils en 1993. Cette famille avait alors acquis la recette et la marque de commerce du produit autrefois propriété de Lucien Lavigne de Sherbrooke et originalement de la famille Bryant qui avait créé et mis en marché cette boisson en 1896.

Tout a en effet débuté en 1896, lorsque John Henry Bryant a créé le soda gingembre dans les Cantons de l'Est. M. Bryant, qui originalement était un brasseur avec son partenaire Seth Nutter pour la Silver Springs Brewery à Sherbrooke, trouvait la compétition trop forte dans ce domaine c’est pourquoi il a décidé de créé une boisson originale pour l'entreprise familiale. Inspiré par ses origines irlandaises et par tâtonnements, il a finalement créé un soda gingembre de type Belfast avec un goût tout à fait original. « Sa femme observant l'entêtement de son mari, lui suggéra de nommer cette nouvelle boisson Bull's Head, le nom qui est resté », peut-on lire sur le site internet de l’entreprise.

J.H. Bryant a par la suite cédé la compagnie à ses 3 fils, Jay, Albert et Clifford qui ont à leur tour transféré l'entreprise à Gerry Bryant, le fils d’Albert, et son cousin John. Les nouveaux propriétaires ont alors renommé la compagnie Bryant Inc. durant les années 60, lesquelles correspondent aux années fastes pour Bull's Head. C'est par la suite que cette entreprise a connu des moments difficiles.

Face à la compétition acharnée des géants de l'industrie des boissons gazeuses dans les années 70, les Bryant ont décidé de vendre l'entreprise à Lucien Lavigne, un embouteilleur de Sherbrooke. Suite à la perte de la franchise de Pepsi au début des années 80, M. Lavigne décida alors d'arrêter la production du Bull's Head, et conserva la recette dans ses coffres jusqu’au moment où la famille O’Donnell décida se redémarrer les opérations de cette boisson.

Production
Si le siège social de l’entreprise est à Richmond, l’entreposage des produits est situé à Sherbrooke tandis que la production et l’embouteillage se font à Saint-Félix-de-Valois dans la région de Lanaudière par la compagnie Breuvages Kiri.

Présentement le Bull’s Head est disponible en format 2 litres. On peut le retrouver dans des dépanneurs de Richmond et on espère aussi le rendre disponible un jour dans les marchés d’alimentation de l’Estrie. À cet effet des négociations sont en cours.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Actualités - L'Étincelle se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Actualités - L'Étincelle collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.